Comment obtenir un crédit d’impôt pour la transition énergétique ?

La réalisation de travaux d’économie d’énergie dans votre résidence principale vous donne droit à un crédit d’impôt. Comment l’obtenir, et sous quelles conditions ? Quels sont les travaux éligibles à ce crédit d’impôt ? Le point avec Total.fr.

Obtenir un crédit d’impôt : qui peut en bénéficier ?

Créé pour encourager les Français à réaliser des travaux d’économie d’énergie, le crédit d’impôt pour la transition énergétique, aussi appelé CITE, permet d’obtenir un avantage fiscal, déduit de l’impôt sur le revenu. Pour obtenir ce crédit d’impôt, les travaux doivent réunir plusieurs conditions :

  • ils doivent être réalisés dans votre résidence principale ;
  • votre logement doit être situé en France (métropolitaine et outre-mer) ;
  • le logement doit être achevé depuis deux ans révolus au début des travaux.

Les contribuables qui souhaitent bénéficier du CITE peuvent être propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit, tant que les travaux concernent leur résidence principale. S’il s’agit d’un immeuble collectif, les travaux éligibles peuvent être réalisés dans le logement ou dans les parties communes.

 

Les travaux éligibles pour obtenir un crédit d’impôt

Plusieurs travaux d’économie d’énergie permettent d’obtenir un crédit d’impôt pour la transition énergétique. Il peut s’agir par exemple d’une installation permettant d’économiser l’énergie, comme :

  • une chaudière individuelle ou collective à haute performance énergétique ou à condensation ;
  • une chaudière à micro-cogénération gaz ;
  • un appareil de régulation et de programmation de chauffage.

Les équipements permettant de produire de la chaleur ou de l’électricité à partir d’une source d’énergie renouvelable (énergie solaire, énergie hydraulique, bois ou autre biomasse) sont également éligibles, tout comme les pompes à chaleur, qu’elles soient eau/eau, sol/eau, sol/sol, air/eau ou destinées à générer de l’eau chaude sanitaire.

 

 

Les travaux d’isolation des planchers, des murs en façade ou en pignon, des combles, de la toiture ouvrent aussi droit à un crédit d’impôt. En revanche, les matériaux d’isolation thermique des parois vitrées ne permettent plus de bénéficier de cet avantage (hormis le remplacement de simple vitrage par du double vitrage). Les portes d’entrée donnant sur l’extérieur et les volets isolants sont aussi exclus du dispositif, depuis le 1er janvier 2018.

Enfin, les équipements de raccordement à un réseau de chaleur, les diagnostics de performance énergétique réalisés hors obligations et les bornes permettant de recharger un véhicule électrique donnent eux aussi droit à un crédit sur votre impôt.

Bon à savoir

Les travaux éligibles au crédit d’impôt doivent répondre à des critères de performance environnementale précis, notamment en matière de consommation d’énergie, de recours aux énergies renouvelables ou d’émissions de CO2. Ils doivent également avoir été réalisés par un professionnel RGE (reconnu garant de l’environnement). Toute intervention réalisée par un professionnel non conventionné invalide le dossier.

Les conditions pour bénéficier du CITE

Le montant de votre crédit d’impôt dépend à la fois de la situation de votre foyer et des dépenses engagées pour vos travaux de rénovation énergétique. Le montant pris en charge est plafonné à 8 000 € pour une personne célibataire, et 16 000 € pour un couple marié ou pacsé et soumis à une imposition commune. Ces plafonds augmentent de 400 € par personne à charge du foyer.

Pour en bénéficier, vous devez déclarer vos travaux lors de votre déclaration de revenus en ligne, dans la rubrique « Travaux dans l’habitation principale, dépenses pour la transition énergétique ». Aucun justificatif ne doit être joint à votre déclaration. En revanche, gardez tous les devis, factures et documents permettant d’attester vos dépenses, car l’administration fiscale peut vous en réclamer une copie par la suite.