Skip to content

Plan de mobilité (PDM) : quels impacts sur la gestion de flotte automobile ?

Comme son nom l’indique, le Plan de mobilité (PDM) est un plan visant à optimiser l’efficience des déplacements des collaborateurs d’une société. Il repose sur un ensemble d’actions applicables par les entreprises et concerne notamment la réduction du trafic routier et, donc, des émissions de gaz à effet de serre. Quelles sont les mesures adoptables concernant spécifiquement le parc automobile des entreprises et quels peuvent être leurs bénéfices ?

Plan mobilité

 

Le Plan de mobilité : historique et principes fondateurs

Le Plan de mobilité (PDM) a été rendu obligatoire pour les entreprises de plus de 100 salariés le 1 er janvier 2018.

  • Il trouve son origine dans la Loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015.
  • Il est contrôlé et soutenu par l’ADEME (Agence de la transition écologique). 
  • Son but : inciter les entreprises à élaborer et à déployer différentes mesures favorisant notamment l’usage des modes de transports alternatifs et le recours au covoiturage.
  • Il couvre l’ensemble des déplacements professionnels : transport de marchandises, déplacements des salariés et trajets effectués entre domicile et lieu de travail.

Plusieurs exemples de mesures activables par les entreprises

  • L’incitation à utiliser les transports publics en nouant, par exemple, des partenariats spécifiques avec des opérateurs locaux.
  • La promotion du vélo (mise à disposition des salariés, stationnement sécurisé…).
  • L’aménagement des horaires de travail et la mise en place de journées de télétravail pour réduire le nombre de déplacements en véhicules motorisés.

Mise en place du Plan de mobilité : comment cela se passe ?

Avant de rendre concrètes ces mesures, plusieurs étapes semblent incontournables :

  • Définir collectivement des objectifs, un planning global et désigner une équipe pour piloter le projet.
  • Mener différentes études (enquêtes de satisfaction, analyses de l’offre de transport existante…). 
  • Décrypter des résultats obtenus pour élaborer un plan d’actions. Il doit ensuite être transmis à l'autorité en charge de la mobilité dont relève le site de l’entreprise.
  • Suivre le déroulement de ces actions, mesurer leur efficacité tout en communicant activement auprès des salariés et en les impliquant.
Plan mobilité

 

Qu’est-ce qu’un Plan de mobilité peut changer pour le parc automobile de l’entreprise ?

Même si de par sa nature le Plan de mobilité fait la promotion des moyens de transport en commun et alternatifs, il est tout à fait compatible avec le maintien d’un parc de véhicules. Sa philosophie est plutôt d’encourager leur utilisation raisonnée.

En ce qui concerne plus spécifiquement la flotte de véhicules, la mise en place d’un Plan de mobilité nécessite de mener une étude sur sa composition et son utilisation : quels types de véhicules le constituent ? Quelle est leur fréquence d’utilisation ? Par qui et pourquoi sont-ils utilisés ?

De l’analyse de ces réponses peuvent naître de nouvelles opportunités dont la majorité permettront de réduire le gaspillage de carburant, réduiront les émissions de CO2 et permettront à l’entreprise d’éventuellement réaliser des économies. Pour analyser ces réponses, vous pouvez vous équiper d’un outil de gestion de flotte.

 

 

 

  • Développement d’un usage secondaire ou du co-voiturage pour certains véhicules. Ces actions s’accompagnent de l’utilisation d’outils permettant aux salariés de signaler la disponibilité d’un véhicule, de le localiser ou de le réserver.
  • Réflexion sur les moyens d’inciter certains salariés bénéficiant d’une voiture de fonction à la laisser plus régulièrement au garage : avantages négociés avec un prestataire de transport, mise en place d’une navette-entreprise, développement du télétravail…
  • Affectation plus adaptée des véhicules en fonction des capacités de chargement, des besoins réels des salariés et des missions réalisées auprès des clients.
  • Meilleure planification des déplacements des équipes, optimisation des trajets et des distances parcourues avec notamment la chasse aux trajets de retour « à vide » ou inutiles. Ces actions peuvent nécessiter la mise en place d’outils de géolocalisation ou de télématique. Ils permettent à la fois aux salariés de rouler de manière plus verte et aux gestionnaires de parc de mieux contrôler toutes les dépenses liées aux kilomètres parcourus.

 

 

 

 

 

  • Mise en place de communications spécifiques ou de formations ciblées auprès des salariés conducteurs pour les aider à acquérir des réflexes de conduite moins énergivores.
  • Identification du nombre exact de véhicules dont l’entreprise a besoin, des véhicules à remplacer et des modèles plus économes (véhicules hybrides ou électriques). Quels seront en parallèle les aménagements à financer (bornes de recharge, panneaux photovoltaïques pour créer sa propre énergie électrique…) ? 
  • Mise en commun de véhicules entre plusieurs entreprises situées sur le même site. Pour des entreprises partageant un même site ou se trouvant à proximité, il est d’ailleurs possible de définir un Plan de mobilité commun

Des avantages pour les salariés et pour l’entreprise

Comme le souligne d’ADEME, « un plan de mobilité est un moyen d’accroître le bien-être et la performance de votre entreprise* ». Les avantages semblent être ainsi nombreux et concernent à la fois l’entreprise dans sa globalité mais aussi les salariés individuellement :

  • Repenser la mobilité au sein de l’entreprise est un projet commun. Il renforce l’esprit d’équipe et crée de nouvelles synergies : entre les salariés mais aussi avec d’autres partenaires (entreprises voisines, prestataires de transport…).
  • En prenant des mesures en faveur du confort des salariés, l’entreprise renforcera son attractivité auprès de nouveaux talents.
  • En en prenant d’autres en faveur de l’environnement, elle agira sur son image.
  • Elle peut également espérer une augmentation de l’efficacité de ses collaborateurs : diminution du stress, baisse du nombre de retards et, plus globalement, apaisement du climat social.
  • Concrètement, l’entreprise peut bénéficier d’une diminution de ses coûts dont les dépenses en carburant et, donc, d’une meilleure compétitivité.

Côté salariés, l’aménagement du temps de travail et une meilleure organisation des déplacements ont un impact positif sur le moral comme sur la santé. L’ensemble des gains de temps et d’argent réalisés et toutes ces nouvelles habitudes orientées vers le bien-être ont également des répercussions positives sur la vie en dehors du lieu de travail.

* extrait du document « Un Plan de mobilité dans mon entreprise » publié par l’ADEME sur son site (21/02/2019).