Skip to content

Comment sont calculés les prix de nos carburants ?

Les carburants sont des produits issus du pétrole. Leur prix connaît régulièrement des variations sur les marchés, en fonction de plusieurs facteurs. Qu’est-ce qui influence le prix des carburants ? Que comprennent-ils ? Zoom sur les principaux critères qui impactent le prix des carburants. 

Le prix des carburants influencés par le cours du pétrole brut

La matière première des carburants, le pétrole, prend évidemment une certaine part dans son prix à la pompe. Le prix du pétrole brut sur les marchés varie régulièrement, tant à la hausse qu'à la baisse, selon un système d'offre et de demande se jouant sur les marchés internationaux. Mais d'autres paramètres entrent également en jeu, comme la situation géopolitique, les événements climatiques, ou encore la crise sanitaire, entre autres, et sont susceptibles de faire grimper ou baisser les prix du pétrole. Ce prix comprend également une marge, permettant aux compagnies pétrolières d’assumer le coût d’exploration, de développement et d’exploitation du pétrole. 

La parité euro / dollar dans le prix du pétrole : quelle influence ?

Le prix des carburants est également impacté par le taux de conversion entre dollar et euro. En effet, le cours du pétrole étant exprimé bien souvent en dollar, il faut le convertir en euro, selon un taux qui varie en fonction de la force de chacune des monnaies. Si l’euro est fort, le prix du pétrole va être moins cher en Europe. En revanche, si l’euro est faible par rapport au dollar, le prix du pétrole sera plus élevé pour les Européens. 
 

Total vous accompagne… 

Découvrez la gamme de carburants TOTAL de qualité supérieure, adaptée à vos besoins en tant que professionnel de la route.

Le coût du raffinage : un élément à ne pas négliger

Avant de se retrouver dans les véhicules, le pétrole brut doit être raffiné pour devenir du carburant. Le raffinage a également un coût qui se répercute sur les prix des carburants. Le coût du raffinage dépend de la demande des consommateurs et de la possibilité des raffineurs à répondre à cette demande selon la quantité à raffiner, mais aussi selon les spécificités du raffinage en lui-même. Pour connaître la part du raffinage, il faut se reporter à la marge brute de raffinage, un indicateur économique correspondant à la différence entre le prix de vente des produits raffinés et les coûts avant raffinage. Cette marge fait varier le prix du raffinage en fonction du marché régional sur lequel le produit est acheté. En France, on peut donc noter une différence de prix selon la géographie. En effet, le nord de la France dépend du marché de Rotterdam, quand la Méditerranée dépend de celui de Gênes-Lavéra.

Le transport et le stockage

Après le raffinage des produits pétroliers, vient ensuite s'ajouter la marge de transport et de distribution des carburants. Cette marge inclut les coûts de logistique et de distribution au départ de la raffinerie et jusqu'à la station-service. Sont pris en compte dans cette marge, le coût de l'acheminement ainsi que le coût de stockage des produits.

 

 

La part des taxes dans les prix des carburants

Les taxes représentent la partie la plus importante du prix des carburants – bien au-delà du prix du pétrole brut, puisqu’elles composent plus de 60 % du prix. En France, il y a deux taxes directes qui influencent le plus les prix des carburants : 

  • La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Son montant est défini chaque année sur le plan national, mais les conseils régionaux peuvent décider de majorer ce montant. La TICPE est par ailleurs plus importante pour l'essence que pour le Diesel.
  • La taxe sur la valeur ajoutée (TVA), fixée à 20 %. Ce taux est appliqué tant sur le prix du produit hors taxe, que sur la TICPE.

 

 

 

Si les augmentations prévues de la TICPE ont été gelées ces 3 dernières années, les taxes indirectes moins connues continuent à renchérir la part fiscale du prix des carburants à la pompe. Ces taxes indirectes prennent davantage d’ampleur chaque année, sous l’égide de la France mais également de la réglementation européenne, à travers notamment les Certificats d’économies d’énergie (CEE) et la Taxe incitative relative à l’incorporation des biocarburants (TIRIB).