Skip to content

Quelles différences entre bitume, asphalte et goudron ?

Les termes bitume, asphalte et goudron sont souvent utilisés lorsqu’il s’agit de parler de chantiers, de construction routière ou encore d’industrie. Mais que signifient-ils, au juste ? Qu’est-ce qui différencie ces trois mots ? On vous répond.

Le bitume, liant hydrocarboné

Issu de la distillation du pétrole, le bitume se définit comme étant un mélange d’hydrocarbures. Ce matériau de couleur noire existe également à l’état pur, via des gisements naturels mais en très faibles quantités. Utilisé comme liant pour la fabrication de nombreux revêtements tels que des routes, des parkings, des trottoirs ou encore des matériaux et produits d’étanchéité, le bitume se caractérise principalement par trois propriétés : 

  • son imperméabilité ;
  • sa malléabilité ;
  • son fort pouvoir adhésif.

Lorsqu’il est chauffé, le bitume passe de l’état solide à un liquide visqueux, qui résiste très bien à l’épreuve du temps et aux températures ambiantes. Des températures élevées sont donc nécessaires pour le transporter et l’utiliser, généralement entre 150 et 180 °C. Il possède également une très bonne capacité d’isolation. La classification des bitumes se fait par grade, en fonction de l’évolution de sa viscosité par rapport à la température.

 

Total vous accompagne… 
BITUME - Découvrez nos gammes de bitumes pour route et pour l’industrie dédiées aux professionnels, avec Total.

 

L’asphalte, élément phare de nos chaussées

Le bitume et l’asphalte sont deux matériaux bien distincts, mais toutefois complémentaires. Dans le domaine des travaux publics, l’asphalte se compose effectivement de deux éléments majeurs : le bitume (à hauteur de 10 % environ, toujours en tant que liant) et les granulats fins. Pour le rendre malléable et pouvoir l’utiliser sur les chantiers, il est chauffé à 200 °C environ. L’asphalte s’est fortement répandu lors du développement automobile, car il a permis de diminuer significativement l’usure des chaussées.

 

Bon à savoir
L’asphalte est à différencier des enrobés bitumineux. Ces derniers sont en effet composés de graviers et de bitume, chauffés à des températures plus basses que l’asphalte, aux alentours de 160 °C. Là aussi, le bitume tient toujours le rôle de liant, à hauteur de 5 % du mélange environ.

 

Le goudron, liant oublié

Le bitume et le goudron sont souvent confondus. Pourtant, alors que le bitume provient du pétrole, le goudron est quant à lui issu du charbon et de la distillation entre 800 et 1 100 °C du bois ou de la houille. Il se présente sous la forme d’un liquide noir brillant, plus ou moins visqueux et de densité supérieure à 1. 

Le goudron pourrait se définir en quelque sorte comme « l’ancien bitume ». En effet, au début du XXe siècle, il s’agissait d’un liant populaire utilisé pour les routes et pour les produits d’étanchéité. Mais son caractère cancérigène ayant été prouvé depuis, il est devenu synonyme de dangerosité et a peu à peu été remplacé par le bitume. De nombreuses substances chimiques composent en effet le goudron, telles que les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ou les amines aromatiques.

En résumé, les principales différences entre le goudron et le bitume sont :

  • La constitution chimique : le bitume comprend surtout des hydrocarbures saturés, tandis que le goudron est majoritairement composé d’hydrocarbures non saturés.
  • Le caractère cancérigène : le goudron est considéré comme cancérigène, à l’inverse du bitume. Le goudron a d’ailleurs cessé d’être utilisé dans les constructions routières depuis le milieu des années 1980.
  • L’adhérence : le bitume est plus adhérent et plus stable que le goudron.
  • La provenance : le bitume vient du pétrole et le goudron est issu du charbon.

 

Le saviez-vous ?
Bien que les routes construites aujourd’hui ne soient plus revêtues de goudron, le terme « goudronner » reste utilisé à tort dans le langage commun.