Économie d’énergie dans l’industrie agroalimentaire

Avec plus de 17 000 entreprises en France, l’industrie agroalimentaire est le premier secteur industriel du pays, et le 3e en termes de consommation d’énergie. Dans un contexte de protection de l’environnement et de maîtrise de la consommation, quelles économies d’énergie l’industrie agroalimentaire la France peut-elle réaliser, et par quels moyens ?

 

Industrie agroalimentaire : des économies d’énergie nécessaires

L’industrie agroalimentaire est le plus gros secteur industriel en France, comptant plus de 17 000 entreprises et 420 000 salariés. Selon le Panorama de la Performance Énergétique, c’est également le 3e plus gros secteur industriel du territoire en termes de consommation d’énergie, derrière l’industrie chimique et la métallurgie.

En 2012, la consommation brute d’énergie pour les entreprises de 20 salariés ou plus représentait un budget de 1,972 milliard d’euros uniquement pour l’énergie. Afin de maintenir sa compétitivité et préserver ses emplois, la question des économies d’énergie pour l’industrie agroalimentaire devient d’année en année plus incontournable.

En 2018, 4 % des entreprises de l’industrie de l’agroalimentaire et de la chimie n’avaient pas entrepris d’action pour améliorer leur performance énergétique. Seulement 12 % d’entre elles déclaraient avoir porté le sujet jusqu’à un niveau de décision stratégique et envisager leurs actions sur le long terme. En revanche, 40 % des entreprises favorisent les actions ponctuelles.

De nombreuses possibilités pour adopter une démarche d’amélioration continue sont envisageables pour l’industrie agro-alimentaire : certification ISO 50 001, Contrat de Performance Énergétique (CPE), digitalisation des process de production, etc.

 

 

Économie d’énergie dans l’industrie : la norme NF EN ISO 50 001

La réalisation d’économies d’énergie dans l’industrie passe en premier lieu par la mise en place d’un système de mesure adapté. En quantifiant l’énergie globale dépensée et les pôles les plus énergivores, l’entreprise peut par la suite identifier les leviers à actionner pour maîtriser sa consommation, et les domaines dans lesquels les économies sont possibles et nécessaires.

Depuis 2011, la norme NF EN ISO 50 001 précise les exigences en vigueur pour mettre en place un Système de Management de l’Énergie (SMÉ) au sein de l’entreprise.

L’objectif est de fournir aux organismes les moyens de gérer leur consommation énergétique de façon efficace et autonome. Concrètement, la norme permet aux entreprises :

  • de mettre en place une politique visant à optimiser leur consommation d’énergie ;
  • de fixer des objectifs réalistes à atteindre grâce à ce système de management ;
  • d’utiliser les données de consommation relevées pour identifier les principaux pôles d’utilisation de l’énergie ;
  • de mettre en place une politique d’économie d’énergie efficace et adaptée à ses besoins et à ses contraintes ;
  • de mesurer les résultats de cette politique ;
  • d’améliorer en continu le système de management de l’énergie en place.

La certification ISO 50 001 n’est pas obligatoire ; elle permet néanmoins aux entreprises qui la mettent en place de réaliser des économies d’énergie – entre 5 et 15 % en moyenne - et de budget.

Les avantages du Contrat de Performance Énergétique (CPE) pour l’industrie agroalimentaire

Le contrat de performance énergétique ou CPE permet aux entreprises d’améliorer les performances énergétiques d’un site en réalisant des travaux d’économies d’énergie sur l’enveloppe ou au sein du bâti – process, équipements, fourniture d’énergie, etc.

Ce contrat engage le prestataire ou maître d’ouvrage à atteindre un objectif de réduction de la consommation énergétique du site pour le compte de son client. Les évolutions des consommations énergétiques sont mesurées et suivies pendant toute la durée du contrat pour s’assurer de l’atteinte de l’objectif et envisager les gisements d’économies d’énergie sur lesquels l’entreprise peut encore travailler.

Pour les opérations d’économies d’énergie à réaliser, des primes CEE peuvent être obtenues et seront d’ailleurs bonifiées car effectuées dans le cadre d’un CPE.

Digitaliser son usine pour mieux piloter ses consommations

La fiche CEE IND-UT-134, système de mesurage d’indicateurs de performance énergétique – permet de suivre dans le temps les évolutions des consommations d’énergie de certains équipements énergivores et de mieux les communiquer auprès des collaborateurs de l’entreprise.

Mesurer permet ainsi de prendre conscience de potentiels gisements d’économies d’énergie, de visualiser les améliorations ou les situations anormales. C’est la première étape pour toute démarche d’amélioration de performance énergétique.

 

Avec TOTAL, bénéficiez des Certificats d’Économies d’Énergie et optimisez le confort de vos locaux tout en améliorant les performances de vos installations.