Actualités TOTAL TRUCK

Grenoble Diesel

Grenoble et son agglomération veulent interdire tous les diesels

Publié le 29/03/2018

Grenoble-Alpes Métropole compte interdire la circulation de tous les véhicules utilitaires et les poids lourds diesel de marchandises d’ici 2025. Une décision forte, mais progressive, qui demandera aux transporteurs de se tourner vers des alternatives, comme le GNV.

  • Des scénarios qui ne font pas l’unanimité

    Afin de réduire les émissions de gaz polluants dans un bassin réputé pour ses pics réguliers, Grenoble-Alpes Métropole souhaite s’appuyer sur lespastilles Crit’Air afin de limiter l’usage des véhicules gazole sur son territoire. La ville de Grenoble expérimente déjà depuis le 1er janvier 2017 une zone de circulation restreinte (ZCR), uniquement pour son centre-ville. Elle est rendue inaccessible aux véhicules de marchandises « non classés » par Crit’Air lors des pics de pollution. Neuf autres communes de l’agglomération, et une zone élargie à toute la commune de Grenoble, vont la rejoindre en 2019.

    Une mesure progressive

    Pour les poids lourds et les utilitaires légers de marchandises, l’interdiction de circuler du lundi au vendredi, de 6 heures à 19 heures, s’effectuera en plusieurs étapes :

    - en 2019, les vignettes 5 ne pourront plus accéder aux zones de circulation restreinte ;

    - en 2020, les vignettes 4 seront bannies ;

    - en 2022, ce seront au tour des vignettes 3 ;

    - en 2025, les vignettes 2 seront logées à la même enseigne. Les véhicules particuliers seront aussi concernés, avec une interdiction des vieux diesel et essence prévue en 2030.

    Pour pouvoir circuler, il faudra ainsi être équipé d’un véhicule répondant aux critères permettant l’obtention de la pastille 1. Seuls les poids lourds et utilitaires GNV, hybrides, électriques ou hydrogènes seront acceptés dans les zones concernées.

    Accompagner la transition

    Plusieurs mesures sont déjà en cours ou annoncées : aides financières à l’achat de véhicules moins polluants (cumulables avec les aides nationales), installation de bornes d’alimentation ou encore mise en place de centres de distribution urbaine pour faciliter les livraisons.

    Vous apprécierez aussi :
    GNV Mobilité , le site dédié au gaz naturel pour véhicules, pour les professionnels du TRM


Rénovation des infrastructures : qui va payer ?

Rénovation des infrastructures : qui va payer ?

Publié le 12/03/2018

Le financement de la rénovation des infrastructures routières reste un sujet brûlant ! Alors que le Comité d’orientation des infrastructures (CIO) a rendu public son rapport le 1er février 2018, des voix s’élèvent dans la profession.

  • Des scénarios qui ne font pas l’unanimité

    Le document du COI mentionne trois scénarios visant à financer les infrastructures. Mais les transporteurs leur ont réservé un accueil mitigé. La FNTR et l’Union TLF ont estimé qu’il s’agissait d’une « boîte à outils (TICPE, vignette, péage urbain) pour collecter toujours plus de recettes auprès du secteur du transport routier de marchandises (TRM) alors qu'il n'est qu'un utilisateur minoritaire (5 %) du réseau routier. »
    De son côté, l’OTRE évoque « un empilement de mesures punitives pour le transport routier. » L’organisation estime que le financement des infrastructures doit être le fruit d’une « réflexion élargie au réseau concédé en recherchant l’équilibre financier entre les deux pour converger, à terme, vers un tarif moyen sur tout le territoire. »

    Les chargeurs se tournent plutôt vers la TICPE

    L'Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF) croit comprendre que le rapport du COI évoque à demi-mot la création d'une nouvelle redevance ou taxe sur le transport. L'organisation, qui rassemble plus de 150 grands groupes et entreprises, se dit opposée à une mesure de ce type. Elle soutient plutôt les dispositifs qui consisteraient à consacrer "tout ou partie des augmentations programmées des recettes de TICPE sur les carburants" au financement de l’entretien et du développement des infrastructures de transport.

    Alors que le sujet divise, le financement de la rénovation des infrastructures devrait encore occuper l’actualité du TRM pendant quelques mois… À suivre !

     

    Vous apprécierez aussi :
    PLF 2018 : les dossiers chauds du TRM
    Fiscalité pour le TRM : panorama et évolutions


Les péages urbains verront-ils le jour ?

Les péages urbains verront-ils le jour ?

Publié le 09/03/2018

Les péages urbains (péages à l’entrée des villes) existent déjà dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni et l’Italie. En France, ce sujet revient sur la table parallèlement à la future « loi mobilité », qui sera débattue ce printemps 2018.

  • Pour mettre l’accent sur les moyens de transport alternatifs et les transports en commun, cette loi pourrait donc autoriser les villes qui le souhaitent à mettre en place des péages à leurs entrées.

    Des mesures allant au-delà du stade expérimental

    Concrètement, les véhicules les moins polluants seraient privilégiés pour rouler en ville. Ainsi, certains d’entre eux, comme ceux fonctionnant au gaz naturel pour véhicules (GNV), pourraient bénéficier de conditions spéciales, voire d’un accès gratuit, pour pénétrer au cœur des centres-villes concernés.

    [Pour aller plus loin : découvrez GNV Mobilité, le site dédié au gaz naturel pour véhicules, pour les professionnels du TRM]

    Des encouragements pour les véhicules « verts »

    En début d’année, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait déjà laissé entendre que la situation actuelle devait évoluer. A ce jour, les collectivités locales ont déjà la possibilité de mettre en place des péages, mais uniquement pour une durée de trois ans, à titre expérimental.

    Une vignette spéciale à l’étude ?

    Les professionnels pourraient être touchés de façon plus large par cette loi mobilité. En effet, l’idée d’une nouvelle vignette pour les poids lourds et véhicules utilitaires légers empruntant les routes nationales semble faire son chemin. Mais difficile à ce stade de savoir si elle concernera aussi bien les véhicules français qu’étrangers.
    Si elle était appliquée, cette mesure pourrait rapporter 550 millions d’euros par an, selon une estimation réalisée par un groupe de travail lors des Assises de la mobilité.


SITL Europe

SITL : un cru 2018 incontournable !

Publié le 27/02/2018

La SITL (semaine internationale des transports et de la logistique) aura lieu du 20 au 23 mars 2018 au Parc des expositions Paris-Nord Villepinte.

  • Ce rendez-vous incontournable réunira de très nombreux acteurs du transport :

    • - 800 exposants

    • - 40 000 professionnels attendus

    • - 80 pays représentés

    Comme chaque année, les équipes de groupe Total présenteront les produits et services qui accompagnent la mobilité des professionnels ! Lubrifiants, solution de gestion de flotte et de carte carburant, offre de franchissement des péages européens, développement du réseau de gaz naturel comprimé (GNC)… Venez vous informer sur le stand H127 durant ces 4 jours !

    Salon SITL

    Produits et services du groupe Total à découvrir lors de la SITL :

    TOTAL Lubrifiants

    Total Rubia Lubrifiants

    Découvrez les lubrifiants de la gamme TOTAL RUBIA Fuel Economy, qui favorisent la longévité de vos véhicules et permettent de réaliser des économies de carburant.
    Vous pourrez également, à l’aide du service d’analyse d’huile TOTAL ANAC, anticiper les éventuels dysfonctionnements de vos matériels et avoir une maîtrise totale de votre coût de maintenance.
    L’équipe commerciale de TOTAL Lubrifiants vous conseillera et vous accompagnera dans la réalisation de tous vos objectifs, vous permettant ainsi d’optimiser la maintenance de vos véhicules et réduire vos coûts d’exploitation.

    TOTAL Cartes Pétrolières

    Carte Total GR

    TOTAL Cartes Pétrolières met à disposition de tous les professionnels des produits et services adaptés à vos besoins, dont une solution intégrée de gestion de flotte et de cartes : GR Analytics.
    La SITL sera l’occasion de découvrir cet espace client dédié permettant une gestion assouplie par la récupération de TVA, la gestion des amendes (avec une option de connexion directe à l’ANTAI)… Le tout sur une seule et même facture.
    Vous pourrez aussi découvrir sur le salon la nouvelle offre péages PASSango et le développement du réseau GNC (gnv-mobilite.total.com).

    AS 24

    Carte AS24

    Le leader européen de la distribution de carburants pour poids lourds présentera ses outils et son offre de service pour un gestion de flotte optimale.
    Transporteurs, vous pourrez aussi découvrir PASSango, pour bénéficier de meilleures solutions pour franchir les péages dans plus de 18 pays.
    Enfin, AS 24 profitera de l’occasion pour souligner son engagement en faveur du développement du GNC (gaz naturel pour véhicules). L’objectif pour le groupe Total est le développement d’un réseau de 110 stations GNC en France d’ici à 2022.

    Venez nombreux pour rencontrer les équipes du groupe Total, le temps d’un échange convivial !
    Rendez-vous sur le stand H127.


TRM recrute

Emploi : transport et logistique battent des records !

Publié le 21/02/2018

Les chiffres définitifs de l’emploi en 2016 pour le secteur transport et logistique viennent d’être publiés, avec deux années de décalage. Si les entreprises recherchent davantage de main-d’œuvre, celle-ci semble insuffisante...

  • Avec 19 100 créations d’emplois en 2016, le secteur a montré un réel dynamisme, notamment pour les postes de conduite. Les chiffres de l’année précédente sont largement dépassés, avec près de 50 % de créations d’emplois en plus. Le transport sanitaire (+3,8 %), le déménagement (+3,7 %) et les prestataires logistiques (+3,5 %) réalisent les meilleurs résultats.
    Cette croissance est restée forte en 2017 et le restera aussi en 2018, selon les prévisions issues du rapport 2017 de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans le transport et logistique (OPTL).

    Des postes encore à pourvoir

    Des postes encore à pourvoir même si les chiffres sont encourageants, les candidats restent une denrée rare et il est difficile de compléter un effectif. Plus de 63 400 offres d’emploi ont été postées à Pôle emploi en 2016. Les conducteurs de poids lourds sont les plus difficiles à recruter dans les activités de marchandises et de transport routier de voyageurs.
    Dans le même temps, le secteur semble se transformer en partie avec le développement des indépendants pour le transport routier de marchandises (livraison à domicile liée à la hausse des achats sur Internet).
    Le nombre de titres professionnels délivrés en 2016 a ainsi augmenté de 27 % en 2016, ce qui traduit une hausse du nombre de personnes formées aux métiers de transport routier de marchandises (+8 %) ou de transport de voyageurs (+12 %). La formation reste cependant insuffisante pour combler les besoins (28 000 conducteurs, soit 10 000 supplémentaires par rapport à 2016).

    Le cap des 700 000 salariés

    En France, la branche embauchait 686 100 salariés en 2016 (2,9 % par rapport à 2015). Un chiffre qui aurait vraisemblablement atteint 707 000 salariés en 2017, un record. Les statistiques exactes n’ont pas encore été communiquées..


Limitation 80 km/h

80 km/h sur certaines routes : quels impacts pour les poids lourds ?

Publié le 09/02/2018

Parmi les réformes annoncées par le gouvernement en début d’année, celle concernant la réduction de la vitesse maximale sur les routes secondaires fait grand bruit. Après les automobilistes, les transporteurs se sont interrogés à leur tour…

  • La vitesse sur les routes secondaires à double sens et sans séparateur central (barrière ou terre-plein) pourrait être abaissée à 80 km/h le 1er juillet 2018, au lieu de 90 km/h actuellement.
    Pour les automobilistes, ce changement souhaité par le gouvernement afin de contribuer à la réduction des risques d’accidents pourrait être effectif à partir du 1er juillet 2018, d’abord sous forme d’expérimentation.

    Des doutes pour les poids lourds

    Pour les poids lourds, déjà limités à 80 km/h sur ces voies, le doute s’est installé : vont-ils conserver les mêmes règles ? Ou devront-ils eux aussi réduire leur vitesse de 10 km/h pour rouler à 70 km/h ? Les transporteurs ont évoqué l’impossibilité pour les voitures de dépasser les camions dans de bonnes conditions, pouvant ainsi créer des embouteillages et des tensions, tout en nuisant au respect des distances de sécurité entre les usagers.

    De nouvelles habitudes à adopter ?

    A l’heure actuelle, aucun signal n’a cependant été envoyé à la profession en vue d’une quelconque réduction de vitesse pour les poids lourds. Le maintien des 80 km/h reste donc à l’ordre du jour pour ces véhicules.
    A priori, il semble difficile de mesurer l’impact de l’uniformisation de la limitation de vitesse entre véhicules lourds et légers. De nouvelles habitudes devront sans doute s’installer… Encore faut-il que la mesure, qui est actuellement discutée au Sénat, soit définitivement validée.


La lettre de voiture électronique peut désormais remplacer le papier…

La lettre de voiture électronique peut désormais remplacer le papier…

Publié le 23/01/2018

La lettre de voiture électronique entre dans les usages du quotidien. Une nouvelle étape vient d’être franchie, puisque ce document est désormais mentionné dans un nouvel arrêté.

  • L'arrêté du 9 novembre 1999 relatif aux documents de transport ou de location obligatoires à bord des véhicules de transport routier de marchandises vient d’être modifié. Les entreprises du TRM peuvent donc désormais se référer à l’arrêté du 6 décembre 2017, qui introduit plusieurs modifications.

    La dématérialisation autorisée explicitement

    Le nouveau texte indique explicitement « que la lettre de voiture peut être présentée soit sur support papier, soit sur support électronique ». Jusqu’ici, un document électronique pouvait déjà être communiqué aux agents de contrôle, mais ces derniers pouvaient aussi exiger un support papier. Ce n’est donc plus le cas aujourd’hui.

    Un document qui doit aussi pouvoir être transmis…

    Les documents obligatoires peuvent être présentés sur tout « support électronique se trouvant à bord du véhicule, notamment téléphone intelligent, tablette ou ordinateur ». L’agent de contrôle peut aussi demander à recevoir cette lettre de voiture. En cas de problème de transmission (réseau de données inexistant, matériel de réception indisponible ou manquant…), il indique au professionnel concerné de nouvelles modalités de transmission électronique, auxquelles l’entreprise doit se conformer.

    Quelles sanctions en cas de non-présentation ?

    L’absence de lettre de voiture ou de toute mention obligatoire (dates, identité du transporteur, nature de la marchandise transportée…) expose les entreprises à une contravention de 5e classe, soit 1 500 €.


Interdictions complémentaires de circulation : le calendrier 2018

Interdictions complémentaires de circulation : le calendrier 2018

Publié le 19/01/2018

Les interdictions complémentaires de circulation pour les véhicules de plus de 7,5 tonnes de PTAC affectés au transport routier de marchandises ont été communiquées. Elles concernent 10 journées réparties sur 4 mois de l’année.

  • Les traditionnelles interdictions de circulation annuelles viennent compléter les interdictions récurrentes, en vigueur les samedis et veilles de jours fériés (à partir de 22 h et jusqu’à 22 h les dimanches et jours fériés).

    Période hivernale (région Auvergne-Rhône-Alpes) :

    • - Février 2018 : samedis 10, 17 et 24

    • - Mars 2018 : samedis 3 et 10 (de 7 à 18 h et de 22 h à minuit)

    Période estivale (national) :

    • - Juillet 2018 : samedis 21 et 28 juillet

    • - Août 2018 : samedis 4, 11 et 18 (de 7 h à 19 h)

    Pour plus d’informations et pour connaître en détail les routes concernées en Auvergne-Rhône-Alpes, consultez l’arrêté du 14 décembre 2017.


« Le GNV répond parfaitement aux contraintes opérationnelles du TRM »

« Le GNV répond parfaitement aux contraintes opérationnelles du TRM »

Publié le 12/01/2018

La loi de finances 2018 comporte plusieurs mesures favorables au gaz naturel pour véhicules. Les professionnels saluent l’adoption définitive de ces textes.

  • Jean-Christophe Pic, président de la FNTR, s’est félicité des nouvelles dispositions favorables au GNV reprises dans la nouvelle loi de finances. « Les transporteurs français ont identifié qu’à ce stade, le GNV/BioGNV est le seul carburant alternatif propre. Il répond, en plus de cela, parfaitement aux contraintes opérationnelles du TRM (contexte d’ultra-concurrence européenne et faible marge) », a-t-il commenté.

    La fédération de transporteurs explique que les nouvelles mesures viennent encourager « les efforts considérables d’une Profession qui a intégré depuis plus de 20 ans la nécessité d’améliorer ses performances environnementales et qui a divisé par 2 ses émissions de NOx et réduit de 75 % ses émissions de particules. »

    Une énergie très avantageuse pour les professionnels

    Les deux amendements de la loi de finances 2018 favorables au GNV vont permettre aux professionnels de bénéficier d’un coup de pouce pour faire de nouvelles acquisitions.

    Deux mécanismes les encouragent :

    • - Le suramortissement fiscal exceptionnel : les entreprises peuvent déduire de leur résultat imposable 40 % de la valeur de leurs véhicules GNV ;
    • - Le gel du taux de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) applicable au GNV et au bioGNV : le gaz naturel reste ainsi bien plus compétitif à la pompe que le diesel.

    Vous souhaitez en savoir plus sur le GNV et découvrir ses avantages environnementaux et fiscaux ? Rendez-vous sur le portail GNV Mobilité : gnv-mobilite.total.com


Infractions routières : pourquoi « s’auto-désigner » est important…

Infractions routières : pourquoi « s’auto-désigner » est important…

Publié le 21/12/2017

Devant l’augmentation du nombre d’amendes pour « non désignation », le Défenseur des droits à récemment appelé à clarifier les explications écrites sur les contraventions. En attendant, il est rappelé aux petits patrons qu’ils doivent bien s’auto-désigner s’ils étaient eux-mêmes au volant.

  • Quelle que soit leur taille, toutes les entreprises doivent se conformer à la loi sur la désignation du conducteur, entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Les « patrons chauffeurs », chefs d’entreprises unipersonnelles, sont donc concernés eux aussi. Pensez donc à suivre la procédure prévue, pour ne pas écoper d’une nouvelle amende pour « non désignation » (675 euros).

    Une règle d’or : ne jamais payer la contravention sans avoir communiqué le nom du conducteur à l’administration. Si vous étiez vous-même au volant, vous devez donc vous auto-désigner dans tous les cas et payer dans un second temps. En effet, les amendes sont envoyées à des personnes morales, mais le payeur doit être une personne physique.

    Avez-vous pensé à la désignation automatique ?

    Ne plus avoir à gérer ses amendes, c’est possible ! Il existe en effet des outils qui permettent d’automatiser tout le processus de désignation des conducteurs. Ainsi, les détenteurs de la Carte TOTAL GR peuvent accéder à la solution globale de gestion de flotte GR Analytics, qui propose le service ANTAI parmi ses nombreuses fonctionnalités. Une fois les véhicules et conducteurs saisis dans l’outil, la désignation se fait sans intervention de votre part. (Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.total.fr/pro/carte-gr/gr-analytics.html).



    Découvrez GR Analytics en vidéo :

    Pour éviter les erreurs, préférez la désignation en ligne

    Il est conseillé de réaliser les démarches de désignation en ligne, plutôt que par courrier. Le site de l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI) propose un parcours de désignation clair et détaillé. Un numéro de téléphone est également mis à disposition en cas de doute : 0811 871 871 (0,05 €/min).


Le moral des chefs d’entreprise s'améliore au 3e trimestre

Le moral des chefs d’entreprise s’améliore au 3e trimestre

Publié le 18/12/2017

La FNTR note une amélioration du moral des chefs d’entreprise, par rapport à 2016. Certaines problématiques du métier semblent toutefois fragiliser ces bons chiffres…

  • Les chefs d’entreprise du TRM sont plutôt dans un état d’esprit optimiste, selon le récent baromètre publié par la FNTR. Le jugement qu’ils portent sur la situation de leur société est passé de +17 (3e trimestre 2016) à +40 (3e trimestre 2017).

    Baromètre FNTR

    Des indicateurs en hausse

    La bonne santé du TRM n’est pas étrangère à ces bons chiffres. La FNTR note en effet que « les volumes d’activité augmentent ainsi de près de 3 % dans l’industrie et de près de 4 % dans le commerce de détail et la grande distribution. »

    Des inquiétudes qui perdurent…

    Bien sûr, certaines thématiques viennent relativiser le bon moral des chefs d’entreprise. La hausse du coût du gazole professionnel (+5,5 % en un an) ne les rassure pas. Autre source d’inquiétude : l’emploi. Au 4 e trimestre 2017, l’emploi salarié du secteur pourrait augmenter de 3 % à 4 %... Mais les patrons redoutent que la pénurie de candidats qui touche le TRM les freine dans leurs recrutements.

    Pour en savoir plus et découvrir les principaux indicateurs du TRM français, téléchargez le communiqué de presse de la FNTR.


Paris : fin du diesel en 2024 et ZCR élargie ?

Paris : fin du diesel en 2024 et ZCR élargie ?

Publié le 13/12/2017

La Ville de Paris souhaite que les véhicules diesel ne circulent plus à partir de 2024 (l’année 2020 avait d’abord été évoquée). Parallèlement, le périmètre de la zone de circulation restreinte (ZCR) pourrait être élargi.

  • L’objectif de la fin du diesel à Paris en 2024 « semble à la fois crédible et soutenable » , estime la Ville. Elle devance ainsi le calendrier du Plan climat , qui fixe l’arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques à 2040.

    Il ne s’agit pas d’une interdiction à proprement parler, même si les véhicules diesel devraient être progressivement bannis . Le certificat qualité de l’air Crit’Air permettra ainsi de « trier » les véhicules en fonction de leur ancienneté et de leurs émissions polluantes. Jusqu’en 2024, ces autorisations devraient donc progressivement se resserrer, pour ne concerner au final que les véhicules portant les vignettes les plus vertueuses .
    Depuis le 1er juillet 2017, les poids lourds et autocars portant la pastille numéro 5 ne peuvent déjà plus rouler dans la capitale de 8h à 20h, tous les jours. À plus ou moins brève échéance, le PL Euro 4 (Crit’Air 4) et Euro 5 (Crit’Air 3) devraient aussi être concernés.

    Des ZCR qui gagnent du terrain

    La zone de circulation restreinte (ZCR) parisienne est actuellement limitée à la capitale intra-muros. Demain, elle pourrait être élargie au « Grand Paris » . La Ville explique en effet qu’une « zone à circulation restreinte étendue au-delà des frontières parisiennes aurait également un sens et plus d’impact en matière de pollution: c’est pourquoi [elle] travaille avec les collectivités voisines et la Métropole du Grand Paris. »
    Les ZCR se multiplient également sur le reste du territoire. Grenoble, Lyon, Toulouse, Strasbourg, Angers…Ces villes ont fait le choix de limiter la circulation à certaines catégories de véhicules.

    L’essor des nouvelles énergies

    Pour s’adapter aux réglementations, les professionnels du transport peuvent aujourd’hui se tourner vers des énergies plus pertinentes et diversifier les énergies représentées au sein de leur flotte . Le gaz naturel pour véhicules (GNV) est l’un des alternatives qui s’offrent à eux. En effet, les nouveaux PL GNV affichent des performances intéressantes (autonomie, bruit, émissions…) . Leurs caractéristiques techniques vont au-delà des critères fixés par la norme anti-pollution Euro 6 .

    Pour en savoir plus sur le GNV (avantages, fiscalité, réseau de stations…), connectez-vous au portail GNV
    Mobilité : gnv-mobilite.total.com


À vos agendas : la SITL 2018, c’est en mars !

À vos agendas : la SITL 2018, c’est en mars !

Publié le 28/11/2017

La Semaine internationale du transport et de la logistique (SITL) se tiendra à Paris Nord Villepinte du 20 au 23 mars 2018 . Des centaines d’acteurs mondiaux du transport de marchandises et de la chaîne logistique viendront rencontrer les 800 exposants représentant les secteurs des technologies, de la prestation de transport, des infrastructures et services…

  • Une nouvelle fois, les équipes de Total seront présentes pour rencontrer les professionnels et présenter les nouveautés et innovations du groupe. Lors de l’édition précédente de l’événement, Total avait dévoilé sa stratégie de déploiement du gaz naturel pour véhicules (GNV) . En France, 110 stations seront équipées de pompes distribuant du Gaz naturel comprimé (GNC) à horizon 2022.

    Pour en savoir plus sur la SITL 2018 et commander votre badge : http://www.sitl.eu


GNV : de bonnes nouvelles fiscales pour 2018…

GNV : de bonnes nouvelles fiscales pour 2018…

Publié le 24/11/2017

Le gaz naturel pour véhicules est une énergie particulièrement intéressante pour les professionnels. Deux amendements du projet de loi de finances 2018 le confirment.

  • Le PLF 2018 comprend deux amendements qui retiennent toute l’attention des acteurs du TRM :

    • - Le premier permet aux entreprises de continuer à déduire, au moins jusqu’en 2019, 40 % de la valeur de leurs véhicules GNV. Il s’agit du fameux « suramortissement fiscal ».
    • - La deuxième proposition consiste en un gel du taux de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) applicable au GNV et au bioGNV. À la pompe, ces énergies resteraient donc particulièrement intéressantes…

    En outre, le remboursement partiel de la TICPE pourrait bientôt s’appliquer au GNV, comme c’est le cas pour le gazole. Ces mesures sont actuellement en discussion et devraient être adoptées en décembre… À suivre !

    Pour en savoir plus sur les avantages du GNV et donner votre avis sur le développement du réseau de stations du groupe Total, rendez-vous sur GNV Mobilité : gnv-mobilite.total.com


Détachement des salariés : la FNTR soutient la ministre

Détachement des salariés : la FNTR soutient la ministre

Publié le 23/11/2017

En amont du Conseil européen des ministres chargés du transport, la FNTR a adressé une lettre de soutien à Élisabeth Borne.

  • La ministre des Transports rencontrera ses homologues européens le 5 décembre 2017 pour échanger avec eux sur le « paquet mobilité ». Le travail détaché sera sur toutes les lèvres durant ces discussions, qui promettent d’être tendues. En effet, les visions de chaque pays sur le sujet sont diamétralement opposées.

    Le détachement jugé imparfait, mais nécessaire…

    Dans sa lettre adressée à Élisabeth Borne, la FNTR concède que le détachement est un mal nécessaire : « La réglementation du détachement de salariés n’est pas la plus adaptée à une activité mobile comme la nôtre, commente l’organisation. Nous préfèrerions dans l’absolu un régime européen du travailleur mobile pour parvenir à une meilleure égalité de concurrence. Mais le temps d’en discuter et d’y parvenir, nos entreprises continueraient de se faire laminer par leurs concurrents étrangers moins chers et moins contraints. »

    La FNTR estime malgré tout que le détachement est actuellement l’une des seules alternatives à disposition pour ne pas pénaliser davantage certains pays. Aussi, elle appelle la ministre à ne pas céder aux avis des « États qui ne veulent absolument pas du détachement » et de ceux qui essaient de « demander une exemption pour le transport international ».

    TOTAL Truck vous recommande aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir
    « Objectif CO2 » : réduire ses émissions, c’est simple !


Solutrans : de nombreuses nouveautés Total pour les professionnels !

Solutrans : de nombreuses nouveautés Total pour les professionnels !

Publié le 03/11/2017

L’ensemble de la filière poids lourd se retrouvera à Lyon, du 21 au 25 novembre, pour le Salon international des solutions de transport routier et urbain. Parmi les temps forts à ne pas manquer, la présentation par le groupe Total d’une série de nouveautés…

  • Total Lubrifiants, Total Réseau et Cartes Pétrolières, Stela et AS 24 : plusieurs entités et filiales de Total seront présentes à Solutrans. Ainsi, les équipes du groupe présenteront aux professionnels du transport des nouveautés destinées à faciliter leur travail quotidien et à réaliser des économies.

    Ainsi, des carburants et lubrifiants innovants permettant de réduire la consommation et de favoriser la longévité des véhicules, seront à l’honneur. Les visiteurs pourront également découvrir un service d’analyse d’huile, TOTAL ANAC, qui offre notamment la possibilité d’anticiper les éventuels dysfonctionnements des matériels.

    L’offre PASSango dévoilée et le GNC à l’honneur…

    Solutrans sera aussi l’occasion pour les professionnels du transport de s’intéresser à PASSango , une nouvelle offre ultra-connectée pour franchir les péages dans plusieurs pays d’Europe…
    Les conducteurs de poids lourds pourront aussi découvrir tous les services personnalisés qui les attendent en station, en attendant le lancement prochain du Club TOTAL Truck

    Enfin, Total soulignera sa volonté d’accompagner les professionnels du transport dans le développement du mix-énergétique de leur flotte. En effet, le groupe a pour objectif d’équiper 110 stations en France de gaz naturel comprimé (GNC) d’ici à 2022 (pour en savoir plus, rendez-vous sur gnv-mobilite.total.com ).

    Stand Solutrans

    Solutrans, un rendez-vous incontournable

    Solutrans est un « carrefour de l'innovation et de l'information sur les solutions les plus pertinentes et les mieux adaptées à l'évolution de la filière camion et au service de chacun. »

    850 exposants participeront à la 14 e édition de cette biennale. Constructeurs, équipementiers, distributeurs, organismes professionnels présenteront ainsi leurs dernières innovations sur 75 000 m² d’espace d’exposition.

    Pour tout savoir sur Solutrans et se préenregistrer (badge obligatoire), rendez-vous sur www.solutrans.fr


Code du travail : que contient l’accord patronat-syndicats ?

Code du travail : que contient l’accord patronat-syndicats ?

Publié le 06/10/2017

Mercredi 4 octobre 2017, syndicats (CFDT, CFE-CGC CFTC, CGT, FO) et fédérations d’employeurs (FNTR, OTRE, TLF…) se sont réunis au ministère de la transition écologique. Les discussions visaient à négocier autour de la réforme du droit du travail dans le transport .

  • Suite à des débats longs et parfois agités, les partenaires sociaux ont conclu que les accords de branche primeraient bien sur les accords d’entreprise concernant les sujets suivants :

    • - Taux horaires conventionnels minima ;
    • - salaires minima garantis mensuels ou annuels ;
    • - majorations conventionnelles pour ancienneté ;
    • - pour travail de nuit ;
    • - indemnités pour travail les dimanches et jours fériés.

    [Cet article vous intéressera aussi : « Conducteurs de poids lourds : sortez du lot pour mieux les recruter ! » ]

    Un accord finalement approuvé par le gouvernement

    Dans un premier temps, patronat et syndicats se sont étonnés que le gouvernement ne réagisse pas rapidement sur le sujet. Mais en fin de journée, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, ont finalement approuvé les textes, en expliquant qu’ils permettaient « de lever les dernières inquiétudes encore exprimées » . Elles ont également confirmé que le gouvernement s’engageait à conserver dans le Code du travail « les spécificités du transport routier en matière de frais de déplacement. »


Les lettres de voiture électroniques deviennent réalité…

Les lettres de voiture électroniques deviennent réalité…

Publié le 21/09/2017

La lettre de voiture (nationale) et la CMR (internationale) font un pas de plus vers la dématérialisation ! Leurs versions numériques s’appellent respectivement « lettre de voiture électronique » et « e-CMR » .

  • Elles offrent de nombreux avantages aux transporteurs : réduction des coûts , fluidification de la facturation et traçabilité du fret .

    Les adhérents de l’OTRE concernés

    La mise en place de ces documents électroniques est évoquée depuis plusieurs années. L’OTRE (Organisation des transporteurs routiers européens) en fait une réalité sur le terrain. En effet, ses adhérents peuvent désormais profiter d’un partenariat avec la start-up française Truckfly pour mettre en place ces lettres dématérialisées proposées par la plateforme Dashdoc .

    Lutter contre le travail illégal et la concurrence déloyale

    Les lettres de voiture électroniques permettent de tracer plus efficacement le véhicule et la marchandise transportée . La généralisation de son usage à toutes les opérations de transport international et de cabotage contribuerait à lutter efficacement « contre le travail illégal et la concurrence déloyale » , indique l’OTRE.

    Passage au « tout numérique »

    Ces documents numériques doivent être remplis par les conducteurs à chaque étape du transport. Il suffit de disposer d’un terminal mobile (smartphone ou tablette) équipé iOS ou Android. Les signatures par l’expéditeur et le destinataire sont elles aussi dématérialisées et sécurisées , via un code QR à scanner.

    Les « Assises de la mobilité » ont débuté ce mardi 19 septembre et s’étaleront sur 3 mois. Elles permettront d’y voir un peu plus clair sur cette question de financement de la rénovation des routes. Mais les discussions s’annoncent complexes et les transporteurs pourraient bien reprendre la parole prochainement pour expliquer leur désaccord.

    2017, année de naissance de la e-CMR

    Le décret n° 2017-1 du 3 janvier 2017 indique que « la lettre de voiture, ainsi que toute demande, déclaration, instruction, ordre, réserve ou autre communication concernant l’exécution d’un contrat de transport visé par la Convention, peuvent être établis sous forme électronique. Celle-ci doit être authentifiée par l’expéditeur et le transporteur via une signature électronique fiable. La CMR électronique (e-CMR) contient les mêmes informations que la lettre CMR traditionnelle. »

    TOTAL Truck vous recommande aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir
    Eco-conduite : les clefs de la réussite


Entretien des routes : les transporteurs vont-ils devoir payer ?

Entretien des routes : les transporteurs vont-ils devoir payer ?

Publié le 19/09/2017

Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, la ministre des transports a confirmé sa position concernant la mise en place possible d’une nouvelle taxe pour les poids lourds. Élisabeth Borne a expliqué que le budget 2018 prévoyait une augmentation de 200 millions d’euros « au bénéfice des transports au quotidien ».

  • Pour financer cette hausse du budget (et notamment l’entretien d’environ 7000 km de routes ), la ministre souhaite « réfléchir à des ressources nouvelles » et trouver une façon « de faire payer les poids lourds qui transitent par notre réseau sans participer à son financement. »

    Une loi d’orientation attendue en 2018

    Élisabeth Borne devrait présenter une « loi d'orientation des mobilités » début 2018. Ce texte devrait comporter un chapitre « programmation des infrastructures qui donnera une vision à dix ans de ce que l’on peut faire, année par année. » Un comité d’orientation sera créé pour préparer cette loi. Il réunira des représentants de collectivités, des parlementaires…

    Les transporteurs défavorables à une nouvelle taxe

    En juillet 2017, la FNTR et l’Union des entreprises de transport et de logistique de France (TLF) avaient fait part de leur inquiétude concernant un éventuel retour d’une « écotaxe ». Les deux organisations estimaient en effet que l’augmentation de la fiscalité sur le carburant avait compensé l’abandon de cette taxe en 2016 : « Toutes taxes et péages confondus, ce sont plus de 6 milliards d’euros qui sont acquittés chaque année. »

    Les « Assises de la mobilité » ont débuté ce mardi 19 septembre et s’étaleront sur 3 mois. Elles permettront d’y voir un peu plus clair sur cette question de financement de la rénovation des routes. Mais les discussions s’annoncent complexes et les transporteurs pourraient bien reprendre la parole prochainement pour expliquer leur désaccord.



    TOTAL Truck vous recommande aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir


Projet Falcon : le camion du futur testé en 2018

Projet Falcon : le camion du futur testé en 2018

Publié le 04/09/2017

Le Projet Falcon* est porté par Renault Trucks et soutenu par un consortium de partenaires, dont le groupe Total. Il vise à développer de nouveaux concepts pour faire baisser la consommation de carburant et, par conséquent, les émissions de CO2.

  • Premiers tests en 2018

    Un poids lourd complet devrait ainsi être testé à partir de fin 2018. L’objectif annoncé est une réduction de la consommation de 13 % par rapport à un attelage standard tracté par un autre modèle du constructeur. Ce futur véhicule devrait embarquer de multiples innovations, parmi lesquelles :

    • - une aérodynamique améliorée du tracteur et semi-remorque,
    • - des fonctionnalités prédictives d’aide à la conduite et de gestion d’énergie,
    • - des pneus connectés à faible résistance aux mouvements,
    • - une chaîne cinématique composée d’une nouvelle génération de système de récupération de chaleur…

    Un projet en rapport avec les futures réglementations

    Le projet Falcon, qui s’étalera sur trois ans, s’inscrit dans un contexte exigeant en matière de préservation de l’environnement. Ses conclusions pourraient permettre aux professionnels de se préparer aux futures règlementations sur les émissions de CO2 et sur les équipements pour poids lourds.

    * Falcon = « Flexible & aerodynamic truck for low consumption ». En français : « Camion flexible et aérodynamique pour une faible consommation ».



    TOTAL Truck vous recommande aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir
    Eco-conduite : les clefs de la réussite


Pourquoi TREMPLIN va dynamiser l’emploi dans le TRM…

Pourquoi TREMPLIN va dynamiser l’emploi dans le TRM…

Publié le 21/08/2017

Les emplois proposés dans le secteur du Transport routier de marchandises (TRM) sont actuellement plus nombreux que les candidats postulants. Pour aider les entreprises à recruter et dynamiser l’emploi en général, la Fédération nationale du transport routier (FNTR) a lancé au début de l’été un programme baptisé TREMPLIN (Transport Routier Emploi Innovation).

  • L’ensemble de la profession mobilisé

    Cette initiative concerne de nombreux acteurs du TRM : organismes professionnels, entreprises et pouvoirs publics. Le but est de créer des passerelles entre les interlocuteurs pour mieux identifier les priorités. « La campagne débutera par une cartographie des besoins par bassins d’emploi pour une mise en connexion plus directe des profils qualifiés avec les entreprises » , indique ainsi la FNTR.


    Renforcer l’attractivité du TRM

    Sur le long terme, TREMPLIN devrait proposer « une campagne d’amélioration de l’attractivité d’un secteur qui offre et continuera d’offrir des métiers, des carrières et des perspectives professionnelles évolutives à toutes celles et ceux qui veulent et entendent le rejoindre. »

    La FNTR souligne en effet que le TRM est l’un des 10 premiers employeurs privés français.



    Cet article vous intéressera aussi :
    Conducteurs, entreprises : pourquoi la FCO est essentielle ?


Fiscalité pour le gaz, écotaxe : les dernières annonces du gouvernement…

Fiscalité pour le gaz, écotaxe : les dernières annonces du gouvernement…

Publié le 16/08/2017

Cet été, des membres du gouvernement se sont exprimés sur plusieurs sujets relatifs au transport routier. Au menu des annonces : un nouvel encouragement fiscal pour les PL roulant au GNV et des précisions concernant une éventuelle écotaxe.

  • « Inciter à la créativité et à l’innovation » : c’est ce que souhaite Nicolas Hulot pour le secteur du transport routier. Cet été, lors de la présentation de son Plan climat, le ministre de la Transition écologique a évoqué quelques pistes pour la réduction des émissions : « beaucoup de technologies permettraient probablement aux camions de réduire leur consommation et donc leurs émissions. Des dispositifs assez simples, par exemple pour récupérer l’énergie sur les pots d’échappement et la réinjecter dans le moteur. »


    Fiscalité : le gaz naturel encouragé

    L’essor du gaz naturel pour véhicules (GNV) va se confirmer dans les prochains mois. Parallèlement à l’ouverture de nombreuses stations , le gouvernement souhaite en effet encourager cette énergie. Ainsi, Nicolas Hulot a confirmé que « l’acquisition de poids lourds roulant au gaz sera favorisé fiscalement ».

    [À découvrir aussi : GNV Mobilité, le portail qui vous informe sur le Gaz naturel pour véhicules]


    Une nouvelle « écotaxe » écartée

    Alors que les transporteurs ont récemment montré leur inquiétude concernant un hypothétique retour de l’écotaxe, le ministre de la Transition écologique a temporisé cette question : « On ira d’échec en échec sur ce type de dispositif si on le fait dans la brutalité », a-t-il expliqué. De son côté, lors d’un débat organisé à la Fédération nationale des travaux publics, la ministre des Transports Élisabeth Borne a précisé sa pensée : « Je n’ai clairement pas annoncé le retour de l’Écotaxe […]. Mais il faut bien que quelqu’un paie les infrastructures alors qu’il manque 10 milliards d’euros pour les financer d’ici 2022. » À suivre…



    Cet article vous intéressera aussi :
    Fiscalité pour les entreprises de transport : panorama et évolutions


TRM européen : les disparités entre pays, en chiffres…

TRM européen : les disparités entre pays, en chiffres…

Publié le 10/08/2017

La concurrence entre les transporteurs routiers d’Europe de l’Est et de l’Ouest reste intense. C’est ce que souligne la dernière étude du Comité national routier (CNR) sur le transport routier européen (données de 2015 rendues publiques cette année 2017).

  • Une croissance beaucoup plus soutenue à l’Est

    Les « nouveaux » États membres de l’UE affichent en effet une croissance beaucoup plus soutenue que celle des pays de l’ex « Europe des 15 », dont la France fait partie. Ce n’est pas une surprise : la Pologne, qui capte 25 % du marché du transport international routier, arrive ainsi en tête du classement. Parmi les 9 pays suivants, 3 sont des pays d’Europe de l’Ouest (Espagne, Allemagne, Pays-Bas) et 6 sont des pays de l’Est (République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Lituanie).

    Au total, les pays d’Europe de l’Est pèsent 58 % de l’activité intra-européenne . Ils affichent d’ailleurs une bien meilleure croissance entre 2014 et 2015 : par exemple +19,5 % pour les pavillons bulgares, tandis que la France enregistre une baisse de -12,6 % .

    Cet article vous intéressera aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir


Le marché des véhicules industriels se porte bien

Le marché des véhicules industriels se porte bien !

Publié le 07/08/2017

Cette période estivale est l’occasion de dresser le bilan du 1er semestre en matière d’immatriculations de véhicules industriels. Après une année 2016 florissante (+12 %) , le marché est resté en forme durant les six premiers mois de 2017 : +2,5 % .

  • Tous les types de VI concernés

    Au total, plus de 20 000 immatriculations ont été enregistrées. Cette hausse concerne aussi bien les tracteurs que les véhicules articulés. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui n’avait pas connu de tels scores depuis 2008.

    À noter qu’après une année 2016 compliquée, les véhicules fonctionnant au Gaz naturel pour véhicules (GNV) ont su trouver leur public au cours du premier semestre. De plus en plus de professionnels se tournent vers cette énergie, qui répond aux exigences réglementaires et à la politique qui se dessine en matière de contraintes environnementales.

    Pour aller plus loin concernant le Gaz naturel pour véhicules (avantages, stations, fiscalité, réglementation, équipements…), découvrez GNV Mobilité : https://gnv-mobilite.total.com/

    Cet article vous intéressera aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir


Transport de matières dangereuses : la réforme qui inquiète les professionnels…

Transport de matières dangereuses : la réforme qui inquiète les professionnels…

Publié le 13/07/2017

La Direction générale de la prévention des risques (DGPR), rattachée au Ministère de la Transition écologique et solidaire, revoit actuellement la réglementation concernant la sécurité des dépôts de véhicules de transport routier de marchandises dangereuses.

  • Cette mission lui a été confiée quelques mois après deux accidents : incendie et explosions de camions-citernes à Bassens (33) et explosions de 2 000 bouteilles de gaz dans un dépôt à Jonquières (84).

    Des mesures « contraignantes » et « coûteuses »

    Plusieurs échanges ont eu lieu avec la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) et l’ Association française du transport routier de matières dangereuses (ATMD). Toutes deux émettent des réserves sur les travaux en cours. Elles indiquent dans un communiqué qu’il « ressort nettement que des mesures contraignantes et potentiellement très coûteuses sont envisagées ». Ce serait le cas par exemple de la surveillance humaine permanente ou de la mise en place d’une télésurveillance renforcée.

    Des réformes profondes en perspective

    La DGPR envisage :

    • - d’augmenter les exigences sur la nature des clôtures ;

    • - d’éloigner les véhicules entre eux et par rapport aux limites des enceintes ;
    • - d’obliger à mettre en place des dispositifs de détection de départs d’incendie, de suivi des quantités et de la nature des produits contenus dans les véhicules.

    Des doutes autour des sites concernés

    Cette réforme concernerait aussi bien les sites de transporteurs de matières dangereuses que les sites dits « déportés chez les tiers », non spécialisés en matières dangereuses (et où un petit nombre seulement de véhicules auront à se garer). Ces choix de sites ne fait pas l’unanimité au sein de la profession…


Une future taxe poids lourds ? La profession de nouveau inquiète…

Une future taxe poids lourds ? La profession de nouveau inquiète…

Publié le 12/07/2017

Dans un entretien accordé au journal Les Échos début juillet, Élisabeth Borne a évoqué la nécessité de « réfléchir à une façon de faire payer [les] poids lourds ».

  • La ministre chargée des Transports a en effet laissé entendre de possibles expérimentations de taxation : « Certaines régions sont volontaires pour lancer des expérimentations. D'autres demandent à pouvoir créer, comme l'a fait le Grand Paris, une taxe spécifique dédiée aux besoins en équipement. Cela peut également passer par la mise en place de péages sur certaines sections de routes nationales, sans pénaliser les déplacements de proximité, à l'image de ce qui a déjà été fait dans les Landes. Nous devons donc débattre des ressources, comme d'autres pays l'ont fait. »

    Vive inquiétude chez les transporteurs

    Quelques heures après ces déclarations, les entreprises du TRM ont fait part de leur perplexité. « Évoquer une expérimentation de taxe poids lourds sur certaines voies dans certaines régions rappelle de douloureux souvenirs , estiment ainsi la FNTR et l’Union des entreprises de transport et de logistique de France (TLF) dans un communiqué de presse commun. Le feuilleton désastreux de l’écotaxe, débuté en 2007, s’est achevé en 2014 par un abandon total. L’État semble donc revenir sur ses engagements, ce qui ne saurait être accepté. »

    Les transporteurs disent avoir donné suffisamment

    Les deux organisations estiment que l’augmentation de la fiscalité sur le carburant a compensé l’abandon de l’écotaxe en 2016 : « Toutes taxes et péages confondus, ce sont plus de 6 milliards d’euros qui sont acquittés chaque année » . En outre, les transporteurs citent la récente proposition de révision de la Directive Eurovignette du Paquet mobilité européen, dévoilé le 31 mai. La Commission y mentionne « que les coûts externes des poids lourds sont très largement inférieurs à ceux des autres usagers de la route. »

    La FNTR et l’Union des entreprises de TLF déplorent qu’à ce jour, aucune concertation n’ait été organisée entre le gouvernement et la profession au sujet d’éventuelles expérimentations.


    Cet article vous intéressera aussi :
    TRM : 5 ans de mesures et des défis pour l’avenir


Paquet mobilité : les nouvelles propositions de la Commission européenne

Paquet mobilité : les nouvelles propositions de la Commission européenne

Publié le 10/07/2017

Le 31 mai dernier, la Commission européenne a dévoilé le contenu du paquet mobilité (lien en anglais) : une série de propositions qui concernent le transport routier et dont l’objectif principal est d’harmoniser les pratiques dans l’Union européenne.

  • Plusieurs sujets importants pour le secteur sont abordés : les travailleurs détachés, le cabotage ou encore la gestion du temps de repos.

    Une réponse à la question des travailleurs détachés

    La rémunération des chauffeurs est une préoccupation de la Commission. Les travailleurs détachés, conducteurs effectuant des trajets vers d’autres pays de l’UE, devraient ainsi bénéficier de la rémunération locale dès lors qu’ils passeront au moins 3 jours par mois calendaire dans le pays. Des versions précédentes préconisaient neuf jours de présence, mais la France comme l’Allemagne souhaitaient une règle plus stricte : que le versement du salaire minimum local soit appliqué dès le 1 er jour sur le territoire, ce qui pourrait être le cas pour les opérations de cabotage.

    Des réformes profondes en perspective

    Les règles du cabotage, justement, pourraient être réformées en profondeur avec la possibilité d’en réaliser un nombre illimité en respectant un délai de cinq jours à compter de la livraison internationale. Actuellement, trois opérations de cabotage sur sept jours sont autorisées.

    Concernant le temps de repos des chauffeurs, le repos régulier dans les cabines est remis en cause. Les commissaires estiment nécessaire l’aide au retour à domicile des chauffeurs. La Commission compte également revoir le rythme : les chauffeurs pourraient prendre deux repos réduits sur quatre semaines, avec une compensation à la clé au repos suivant. Actuellement, 45 heures de repos doivent être observées après six jours de travail.

    Par ailleurs, les sociétés « boîte aux lettres » sont dans le viseur de la Commission, qui désire renforcer les contrôles, même si ces entreprises sont déjà interdites depuis 2011. Elles concernent les transporteurs installés dans des pays avec pour seul objectif de contourner les règles fiscales et sociales.

    C’est désormais au Parlement européen et aux États membres de discuter de ces propositions.


GNV : l’OTRE demande une fiscalité professionnelle

GNV : l’OTRE demande une fiscalité professionnelle

Publié le 30/05/2017

Le développement des offres GNV est un sujet suivi de près par l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE).

  • « Nous sommes demandeurs d’une aide à l’investissement pour l’acquisition des nouvelles motorisations , explique sa présidente, Aline Mesples, dans un entretien accordé à l’Officiel des transporteurs. Nous demandons une fiscalité professionnelle sur le gaz, qui se distingue de celle du gazole. »

    Reconnaître le GNV comme carburant professionnel

    La fiscalité appliquée au GNV est très avantageuse par rapport à son équivalent gazole. À présent, les transporteurs réclament que l’exemption sectorielle de TICPE puisse s’appliquer à cette énergie. D’autres propositions, comme la garantie pendant dix ans de l’écart de la taxe entre le gazole et le GNV, ont également été formulées.

    Pour aller plus loin concernant le Gaz naturel pour véhicules (avantages, stations, fiscalité, réglementation, équipements…), découvrez GNV Mobilité : https://gnv-mobilite.total.com/


Agenda : la supply chain à l’honneur au Salon du e-commerce

Agenda : la supply chain à l’honneur au Salon du e-commerce

Publié le 22/05/2017

La Paris Retail Week se tiendra du 19 au 21 septembre à Paris Expo , Porte de Versailles. L’une des zones thématiques de l’événement sera consacrée à la gestion de la chaîne logistique .

  • Une occasion pour les professionnels du transport de se retrouver pour échanger et découvrir les dernières innovations sur des sujets divers : logiciels logistique et supply chain, packaging, gestion des retours…

    Parmi les 200 conférences programmées, certaines intéresseront particulièrement les transporteurs :

    • - le dernier kilomètre sur-mesure ;

    • - mythes et réalités de la digitalisation de la supply chain.

    L’accès à Paris Retail Week est gratuit pour toute personne munie d’un badge électronique.

    Pour en savoir plus :
    https://www.parisretailweek.com/


Congé de fin d’activité (CFA) : quelles nouvelles échéances ?

Congé de fin d’activité (CFA) : quelles nouvelles échéances ?

Publié le 18/05/2017

Un protocole d’accord signé au mois d’avril 2017 par l’État, les organisations professionnelles et les syndicats garantit la pérennité du CFA jusqu’en 2020. Les partenaires sociaux ont donc quelques années supplémentaires pour trouver un accord sur sa refonte.

  • Les réflexions à venir viseront à moderniser ce dispositif et à garantir son équilibre financier sur la durée. Le CFA, établi par le protocole du 29 novembre 1996 , permet à certains conducteurs routiers de cesser leur activité jusqu’à 5 ans avant leur départ en retraite.

    Les prochaines échéances suite à la signature de l’accord :

    • Pendant 3 ans : les conducteurs conservent la possibilité de bénéficier du CFA, comme cela était le cas jusqu’à présent.
    • Avant le 30 juin 2019 : l'État « déterminera les conditions de sa participation dans le cadre d’un dispositif rénové. »
    • Avant le 31 décembre 2019 : accord à trouver entre les partenaires sociaux sur un dispositif de gestion des fins de carrières, en remplacement de l’actuel CFA.

    Sur le long terme, des incertitudes subsistent concernant les modalités de participation de l’État à ce dispositif. Par ailleurs, le nouveau gouvernement en place n’a pas encore fait connaître sa position quant à ce dossier.

    Des procédures de redressement fiscal stoppées

    Depuis le lancement du CFA, des procédures de redressement fiscal avaient été lancées par l’Urssaf, qui évoquait une "préretraite" taxable à 50 %. Le gouvernement avait alors rassuré les entreprises pour 2017, en proposant un amendement les exonérant de taxation. Le protocole signé le mois dernier confirme cette exonération et l’abandon des poursuites à l’encontre des transporteurs concernés.

    Pour en savoir plus :


« Véhicules et transports du futur » : les lauréats connus en juillet

« Véhicules et transports du futur » : les lauréats connus en juillet

Publié le 16/05/2017

Chaque année, l’Ademe apporte un soutien financier aux PME souhaitant mener des projets de recherche et développement tournés vers les technologies et usages de mobilité innovants.

  • Il s’agit notamment d’encourager les initiatives favorisant la réduction de la consommation d’énergies fossiles. Une subvention pouvant aller jusqu’à 200 000 euros est ainsi accordée aux lauréats de ce concours, qui s’inscrit dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA). Outre les déplacements ferroviaires, maritimes et fluviaux, ce dispositif concerne également les déplacements routiers de personnes et/ou de marchandises.

    Des lauréats annoncés cet été

    Les participants ont jusqu’au 29 mai 2017 pour déposer leur dossier sur une plateforme dédiée . Un comité interministériel sélectionnera ensuite un projet « au potentiel particulièrement fort pour l’économie française » . La liste des PME lauréates sera communiquée mi-juillet.

    Depuis le lancement du programme, en 2015, 78 lauréats du secteur du transport ont bénéficié de ces subventions.

    Pour en savoir plus :

    https://appelsaprojets.ademe.fr/aap/IPME%20VdF2017-36#resultats


Prix du TRM : hausse trimestrielle mais baisse annuelle !

Prix du TRM : hausse trimestrielle mais baisse annuelle !

Publié le 10/05/2017

Les prix du transport routier de marchandises sont repartis à la hausse fin 2016. Ils sont cependant en recul sur l’année.


« Transport logistic » : les professionnels se retrouvent à Munich

« Transport logistic » : les professionnels se retrouvent à Munich

Publié le 05/05/2017

Plus 60 pays, 2 000 exposants et 110 000 mètres carrés : le plus grand salon mondial de la logistique, de la mobilité et des technologies de l’information se tient du 9 au 12 mai 2017 à Munich (sud de l’Allemagne).


France logistique 2025

France logistique 2025 : les objectifs présentés

Publié le 14/04/2017

Renforcer la logistique d’aujourd’hui et préparer celle de demain : tel est le but de la stratégie France logistique 2025. Une nouvelle rencontre s’est tenue à Paris le mois dernier.

  • Le 21 mars, le Conseil d’orientation et de suivi de France logistique 2025 s’est réuni à Paris. Politiques, collectivités, organisations patronales et syndicales, chercheurs… Ce conseil impliquant tous les acteurs du secteur est chargé d’assurer le bon déroulement de la feuille de route de ce programme national . Le but ? Faire de la France l’un des 5 leaders mondiaux de la logistique.
    Lors de cette rencontre, un document cadre de 47 pages regroupant une soixantaine d’objectifs a été présenté.

    Formation, RSE, sensibilisation des PME…

    Cette réunion d’étape a permis de rappeler la mise en place de travaux pour la création d’un référentiel sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).
    En matière de formation, un inventaire des dispositifs et des diplômes existants est à l’étude. Il devrait permettre la création d’un site internet sur le sujet. Autre axe de travail : une initiative de sensibilisation des PME à la gestion de la chaîne logistique et le développement de la recherche et de l’innovation. Au total, près de 250 actions seront menées dans le cadre du programme.

    France Logistique 2025 bientôt en ligne

    Pour mieux comprendre les enjeux et suivre l’évolution de France logistique 2025, un site internet est à l’étude. Sa création découlera de la mise en place d’un réseau d’observation composé de : l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux ( Ifsttar ), du Conseil national routier ( CNR ), du Service de l’observation et des statistiques ( SOeS ) et de la Commission nationale des services ( CNS ).


1ère station GNC

Le Groupe Total inaugure sa 1ère station GNC à Nantes

Publié le 13/04/2017

Avec de solides arguments environnementaux, le Gaz naturel pour véhicules (GNV) séduit de plus en plus de professionnels du transport. Désormais, la station AS 24 Nantes Est les accueille pour faire le plein de Gaz naturel comprimé (GNC).

  • L’inauguration de cette station s’est déroulée le 5 avril 2017. Elle préfigure un solide maillage en France et en Europe par le Groupe Total. Une dizaine de nouvelles stations devraient ainsi être équipées de volucompteurs GNC chaque année.
    D’ici 2026, le GNC devrait être proposée dans environ 200 stations européennes TOTAL et AS 24, dont 110 en France.

    Le GNV - qui regroupe le Gaz naturel comprimé (GNC) et le Gaz naturel liquéfié (GNL) – répond parfaitement aux dernières normes d’émissions polluantes Euro VI pour les poids lourds.

    À noter que les véhicules roulant à cette énergie peuvent apposer la pastille Crit’Air 1. Elle permet l’accès aux zones de circulation restreinte mises en place dans certaines agglomérations françaises.

    Vous êtes responsable d’une entreprise de transport ou gestionnaire d’une flotte VU ou PL ? Découvrez tous les avantages du GNV sur gnv-mobilite.total.com .
    Vous pouvez également donner votre avis et détaillez vos besoins concernant l’implantation des stations, en remplissant un formulaire de contact .

    À télécharger : le communiqué de presse « Total lance son offre de gaz naturel pour les poids lourds et professionnels du transport en France et poursuit son développement en Europe ».


Lettre de voiture nationale

Lettre de voiture nationale : feu vert pour la version électronique !

Publié le 07/04/2017

Les premières lettres de voiture nationales électroniques viennent d’être émises en France et en Espagne. Elles offrent des avantages considérables aux entreprises de transport et aux conducteurs.

  • Mi-mars, la FNTR a profité de la SITL pour confirmer le lancement des premières lettres de voiture nationales électroniques, en France et en Espagne. Cette initiative, coordonnée par l'IRU, la FNTR et l’ASTIC (Association des transports routiers internationaux en Espagne), vient compléter une autre expérimentation, quasi-identique, menée au niveau européen en début d’année.

    La lettre de voiture nationale électronique est très largement utilisée en France, comme contrat de transport attestant de la prise en charge de marchandises. Son passage au format numérique offre de nombreux avantages à tous ses utilisateurs : moins d’erreurs, risques de pertes réduits, meilleur impact écologique, des échanges fluidifiés et rapides…

    La lettre de voiture nationale numérique devrait rapidement se généraliser. Cette expérimentation représente « la première étape d’un passage vers un document unique dématérialisé pour tous les transports » , estime Jean-Christophe Pic, président de la FNTR.


Poids lourds : la liste 2017 des jours d’interdiction de circulation

Poids lourds : la liste 2017 des jours d’interdiction de circulation

Publié le 03/04/2017

Les poids lourds d’un PTAC de plus de 7,5 tonnes (sauf véhicules spéciaux et agricoles) sont interdits de circulation du samedi 22h au dimanche 22h les week-ends et les jours fériés (à partir de 22h la veille et jusqu’à 22h le jour concerné).

  • Chaque année, des jours d’interdiction complémentaires sont fixés. Ils sont au nombre de dix pour 2017 :

    • - Interdiction sur toutes les routes du réseau : les samedis 29/07, 5/08, 12/08, 19/08 et 26/08 (7h-19h)
    • - Interdiction en Rhône-Alpes : les samedis 4, 11, 18 et 25 février et le samedi 4 mars (7h-18h et 22h-24h)

    Consultez le détail (Bison futé) en téléchargeant le calendrier 2017 des interdictions particulières de circuler


SITL 2017

Salon SITL : le GNV à l'honneur chez TOTAL

Publié le 14/03/2017

Le salon SITL (Semaine Internationale du Transport et de la Logistique) ouvre ses portes du 14 au 16 mars 2017 à Paris - Porte de Versailles.

  • Services innovants,entreposage, équipements de manutention... de nombreux exposants en lienavec le transport sont présents. A cette occasion, TOTAL et AS 24, toujoursplus investis dans le monde des poids lourds, présentent aux transporteursleur stratégie de déploiement du GNV en France. Les professionnels ensauront davantage sur la localisation des prochaines stations (plus d'unecentaine d'ici 2026). Pour en savoir plus : https://gnv-mobilite.total.com


Poids lourds NOX

Pourquoi les poids lourds émettent-ils moins de NOx que les véhicules légers ?

Publié le 02/03/2017

L’ICCT (International Council on Clean Transportation) a récemment mis à mal les idées reçues en dévoilant les résultats d’une étude menée sur 24 poids lourds et autocars récents, répondant à la norme Euro VI.

  • L’organisation indépendante de recherches révèle ainsi que les véhicules testés émettent en moyenne 210 mg d’oxyde d’azote (NOx) au kilomètre. A consommation égale, ce chiffre est deux fois plus élevé pour un véhicule léger fonctionnant au diesel.

    Des tests différents suivant les types de véhicules

    Pourquoi de telles différences d’émissions ? Pour l’ICCT, ces écarts seraient dus aux caractéristiques différentes des tests, en fonction du type de véhicule : pour les voitures, les tests d’homologation sont effectués en laboratoire. Pour les poids lourds, ils doivent être menés avec l’appareil PEMS (Portable Emissions Measurement System), dans des conditions réelles. Ainsi, les constructeurs de poids lourds se seraient concentrés sur les technologies de dépollution les plus pointues. À noter que le système PEMS sera obligatoire à partir de septembre 2017 pour les véhicules légers.


e-CMR

e-CMR : première expérimentation dans le cadre d’une expédition transfrontalière

Publié le 14/02/2017

Le 19 janvier 2017, la CMR électronique a été utilisée pour la première fois dans le cadre d’un transport de marchandises transfrontalier par route.

  • Cette expérimentation pilote de 1 300 km partant d’Huelva, en Espagne, à destination de Perpignan, était organisée par la FNTR, l’IRU et l’ASTIC (association espagnole du transport routier international).

    L’expérimentation de la e-CMR va se poursuivre durant six mois et a pour objectif d’être étendue à d’autres zones géographiques, dont le Benelux, d’ici fin 2017.

    Quels sont les avantages de la e-CMR ?

    Cette version électronique de la CMR permet d’améliorer la rentabilité des entreprises (facturation immédiate des transports, pas d’archivage papier, transparence des opérations, etc). Elle facilite également le travail des conducteurs, tout en ayant un effet positif sur l’environnement grâce aux économies de papier ainsi réalisées.


Pourquoi les couts du transport routier

Pourquoi les coûts du transport routier augmenteront cette année…

Publié le 01/02/2017

Le CNR (Comité national routier) prévoit une hausse contenue des coûts de revient du transport pour 2017 : de 1,2 à 2,1 %.

  • Évolution du coût du personnel

    Les coûts liés aux salaires et charges salariales pourraient augmenter dans les mêmes proportions qu’entre 2015 et 2016 (2,5 %). Les frais de déplacement du personnel de conduite sont aussi concernés : les prévisions de hausse s’échelonnent entre 0,6 et 2 %.

    Le matériel et la maintenance impactés

    Le coût de détention du matériel pourrait subir une hausse de 1,6 %, due « aux nouveaux équipements de sécurité́ obligatoires », indique le CNR. Côté assurance, le pronostic de hausse est de 0,8 % (contre 0,4 % l’année dernière). Les coûts de maintenance pourraient aussi gonfler (jusqu’à 1 %), notamment à cause des technologies embarquées.

    Carburants et péages aussi concernés

    « Le projet de loi de finances […] retient une augmentation de + 6,2 % du prix moyen du baril de Brent calculé en euros », rappelle le CNR . « Cette hausse pourrait se traduire par une inflation du prix moyen annuel du gazole (avec la TICPE complète) de + 6,6 %. » Concernant les péages, leur revalorisation annuelle pourrait être de 1 %. La bonne nouvelle concerne la taxe à l’essieu : son montant reste inchangé pour cette année.


Sécurité des véhicules

Sécurité des véhicules : un rapport de la Commission à suivre de près

Publié le 13/01/2017

Dans un nouveau rapport préliminaire, la direction générale de l’industrie de la Commission européenne propose de renforcer les équipements de sécurité sur les véhicules.

  • Les poids lourds sont pleinement concernés, puisqu’il s’agirait notamment d’améliorer la vision du conducteur, dans le but de diminuer les collisions et les accidents.

    Certains types de protections - comme des équipements latéraux et arrières anti-encastrement -, pourraient aussi devenir obligatoires. Ces propositions de la Commission européenne concernent également les technologies : freinage automatique d’urgence, contrôle de la somnolence du conducteur, adaptation intelligente de la vitesse et aide au maintien de la trajectoire.

    Des mesures applicables sur le long terme

    La règlementation n’évoluera pas dans l’immédiat. Les propositions contenues dans ce rapport doivent d’abord faire l’objet d’une étude d’impact et d'une analyse des coûts. Elles seront ensuite soumises aux acteurs du marché. À suivre…


L’écotaxe revient par surprise dans l’actualité

L’écotaxe revient par surprise dans l’actualité

Publié le 09/12/2016

Dans une décision du 5 décembre, le Conseil d’État exhorte le gouvernement à prendre un arrêté permettant la collecte de la taxe poids lourds.

  • Des informations contradictoires

    La haute instance estime en effet que l’exécutif doit appliquer la loi, en fixant une date de mise en œuvre du dispositif technique nécessaire à la collecte, sous six mois.

    Cette demande du Conseil d’État semble surprenante, car elle intervient quelques jours après le vote par l'Assemblée nationale d’un amendement visant justement à abroger la loi instaurant l'écotaxe. À ce jour, le Sénat a refusé l’examen de ce texte. L’avenir de la taxe poids lourds semble donc difficile à déterminer, tant les informations se suivent et ne se ressemblent pas.


Écotaxe : vers la suppression définitive…

Écotaxe : vers la suppression définitive…

Publié le 01/12/2016

Elle était jusqu’ici suspendue, mais elle sera finalement supprimée : l’écotaxe ne devrait pas voir le jour au niveau national.

  • « Un amendement au projet de loi de finances 2017, soutenu par le gouvernement, fera purement et simplement disparaître l'existence législative de l'écotaxe », a confirmé Alain Vidalies, secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

    Une écotaxe à l’échelle régionale ?

    L’écotaxe revient malgré tout régulièrement sur la table, puisque certains élus réfléchissent à la création de taxes poids lourds régionales. C’est le cas du Grand Est, qui constate une recrudescence du trafic de poids lourds en transit, en provenance d’Allemagne. De leur côté, les fédérations patronales de transporteurs (FNTR, union TLF et Unostra) sont vent debout contre ces projets d’écotaxes locales.


e-CMR : gagner en efficacité

Comment la e-CMR va vous faire gagner en efficacité…

Publié le 21/11/2016

La version électronique de la lettre de voiture arrive. A la clef : gain de temps, fluidité des échanges et sécurité.

  • Des avantages concrets

    La France a récemment ratifié le protocole e-CMR, autorisant la gestion des lettres CMR par voie électronique. Cette version digitale de la « lettre de voiture », déjà en vigueur dans neuf pays européens, présente plusieurs avantages : gain de temps et d’argent dans le traitement des données, informations numériques facilement partageables entre le transporteur et ses partenaires commerciaux, déclarations douanières facilitées… Les logiciels de gestion de flotte peuvent eux aussi intégrer le contenu de la e-CMR.

    Un autre bon point : la sécurité

    La lettre de voiture dématérialisée peut être connectée à l’eCall, le système paneuropéen d'appels d'urgence automatique. En cas d’accident, les autorités peuvent, par exemple, connaître immédiatement la nature de la cargaison et prendre les décisions adaptées pour prévenir tout problème.


Total Truck : Votre nouvelle référence

TOTAL TRUCK : votre nouvelle référence

Publié le 07/11/2016

Vous êtes un chef d'entreprise, un gestionnaire de flotte pilotant un parc de camions ou un chauffeur routier ? Alors venez découvrir le nouveau portail internet qui accompagnera désormais votre vie professionnelle : TOTAL TRUCK !

  • Il s'agit de la nouvelle marque de TOTAL destinée au métier du Transport.

    Ce portail est votre partenaire privilégié pour vous tenir au courant de l'actualité qui vous concerne. Régulièrement mis à jour, il vous donne accès à de nombreuses informations sur votre secteur, mais aussi à des fiches pratiques et articles de fond qui vous aideront dans votre quotidien.

    Dès novembre, vous trouverez la signalétique TOTAL TRUCK en station. Elle vous orientera vers les stations-services du réseau adaptées à vos besoins. Avec TOTAL TRUCK, vous bénéficierez à coup sûr de pistes assez larges pour accueillir vos camions et de tous les services dont vous aurez besoin pour faire des pauses agréables et efficaces : restauration, douches, Wifi, pistolets haut débit, AdBlue®...

    Mais ce n'est pas tout ! TOTAL vous propose également l’offre GR TOTAL TRUCK, une solution conçue spécifiquement pour les pros. La combinaison gagnante de la Carte TOTAL GR et d’un badge télépéage pour faciliter les déplacements (péages, parkings, services en stations…)

    N'hésitez pas à contacter nos équipes pour en savoir plus. Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner.

    Bienvenue et excellente lecture !


Retour vers le haut
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.