Comment les assurances vont-elles s’adapter à l’arrivée des véhicules autonomes ?

assurances véhicules autonomes

 

Publié le 09/08/2018

La réglementation autorise les véhicules autonomes à rouler en France à partir de 2020. Leur entrée en service exige plusieurs adaptations, notamment en matière d’assurance…

 

Au premier abord, assurer un véhicule autonome ne semble pas être une mince affaire. Qui sera responsable en cas d’accident ? Quelles démarches seront à effectuer ? En réalité, les réponses sont toutes trouvées. En effet, elles figurent déjà dans les textes existants : le Code des assurances et une directive européenne. Cette information a été confirmée par la Fédération française de l'assurance (FFA), qui indique que ces textes sont adaptés aux véhicules intelligents, qu’ils soient semi-autonomes (avec l’intervention d’un conducteur) ou autonomes (sans conducteur).

[À lire aussi : « High tech auto : soyez au top cet été ! », sur Pro-Moove, l’espace d'information de référence dédié à la mobilité des professionnels !]

 

Une procédure d’indemnisation identique à celle d’un véhicule classique

Concrètement, le conducteur, le propriétaire du véhicule ou la personne en ayant la garde sont toutes concernées par ce qu’on appelle « l’obligation d’assurance ». Chaque véhicule autonome sera donc assuré sur le même principe qu’un véhicule classique. En cas d’accident, c’est l’assurance du véhicule impliqué qui doit indemniser les victimes. Peu importe si ce véhicule est responsable de l’accident : les responsabilités sont définies et le responsable doit ensuite rembourser l’assurance, le cas échéant. Là encore, pas de différence entre les véhicules classiques et les véhicules autonomes.

 

Un accès rapide aux « boîtes noires »…

En revanche, il y a un point sur lequel les assurances souhaitent discuter : l’accès aux systèmes d’enregistrement des véhicules autonomes. Pour faciliter la recherche des responsabilités en cas de problème, les assureurs souhaiteraient en effet pouvoir interroger les « boîtes noires ». Ils pourraient ainsi analyser de façon détaillée les données collectées et déterminer plus rapidement les responsabilités. Ce point fera probablement l’objet de discussions ultérieures, car il concerne la récupération et le traitement des données, un sujet actuellement au centre des attentions.

 

À lire aussi :

Savez-vous combien d’infractions ont été commises en mars 2018 ?
De nouveaux péages en Europe dès 2023 ?