Skip to content

Qu'est-ce que les pneus verts ?

Le pneu vert représente une piste crédible pour la réduction des consommations des automobiles et, plus globalement, le bilan carbone du secteur. Mais que sont les pneus verts ? Comment sont-ils fabriqués ? Quels sont leurs avantages ? Présentent-ils des inconvénients ? Sont-ils réellement plus responsables d’un point de vue écologique ? TOTAL fait le point.

Pneus verts : qu’est-ce que c’est ?

Également appelés « pneus à faible résistance au roulement », les pneus verts sont avant tout des pneus qui consomment moins de carburant. Le secret ? L’utilisation de la silice.

La différence ? La silice

Le pneu vert est doté d’une gomme spéciale, plus tendre que celle des pneus classiques. Celle-ci permet de réduire la résistance au roulement.

Cette gomme « verte » comporte ainsi beaucoup plus de silice que les autres, qui font la part belle au noir de carbone. Elle perd, ainsi, moins de chaleur sur la route, notamment lors de longs trajets.

Enfin, signalons qu’en plus d’être plus légers que les pneus classiques, les pneus verts nécessitent 10 % de matières premières de moins, et utilisent des matériaux plus vertueux. Les huiles aromatiques, par exemple, sont remplacées par des composés HAOF.

Reconnaître des pneus verts

Même en ayant l’œil entraîné, il est impossible de reconnaître, au premier regard, un pneu vert. Rond bien sûr, avec ses références sur le côté, et des rainures pour drainer l’eau de pluie… le pneu à faible résistance au roulement ressemble à n’importe quel pneu classique.

Il faudra donc se tourner vers l’étiquetage pour débusquer le pneu vert de celui qui ne l’est pas, à la recherche notamment de la présence de silice. Un indice également : ce type de pneu obtient généralement de bons « scores » en matière de classification européenne des pneumatiques, laquelle va de A à G et est fonction du gain énergétique, d’adhérence, de freinage et de volume sonore. Enfin, il est à noter que le pneu vert se distingue par son prix. Celui-ci est généralement 10 % plus cher.

 

 

Les avantages des pneus verts

Si les pneus verts représentent aujourd’hui une alternative crédible aux pneus classiques, et si tant de constructeurs s’engagent dans cette voie, c’est parce qu’ils présentent de réels avantages et, finalement, peu d’inconvénients.

La même efficacité que des pneus classiques

Commençons cette revue des avantages des pneus verts par une évidence : ces équipements sont tout aussi efficaces, sinon plus, que leurs équivalents au noir de carbone. Ainsi, leurs résultats aux tests des constructeurs sont excellents – comme en témoignent leurs classifications européennes – et aucun pneu vert n’a jamais été responsable d’un accident de la route. Il n’y a donc ni perte d’adhérence ni retard au freinage en les utilisant, contrairement à ce que l’on peut entendre parfois çà et là.

Par ailleurs, à efficacité équivalente, les pneus verts offrent un meilleur confort de conduite. En effet, en réduisant la résistance au roulement, ils permettent de faire baisser le volume sonore du véhicule, en particulier à grande vitesse. Les oreilles des conducteurs, des passagers et des riverains apprécieront.

Une consommation réduite

C’est le point principal d’un comparatif pneus verts / pneus classiques : en raison de leur composition et leur manufacture, les premiers permettent aux véhicules de consommer moins. Ce n’est pas un détail lorsque l’on sait que les pneus « absorbent » en général 30 % d’un plein.

Par extension, le pneu vert permet de réduire la pollution engendrée par la circulation automobile. Ils sont donc à recommander tout particulièrement aux conducteurs soucieux de l’impact de leur conduite sur l’environnement.

Une plus grande durée de vie

Dernier avantage des pneus verts par rapport aux pneus classiques : la durée de vie des premiers (45 000 km) est supérieure à celle des seconds (40 000). Une donnée qui permet de relativiser le surcoût des pneumatiques à faible résistance au roulement.

Et ce n’est qu’un début : les constructeurs misent beaucoup sur les pneus verts, et les font progresser tous les ans. Depuis la première génération, au début des années 1990, la part du noir de carbone remplacé par de la silice est ainsi passée, par exemple, de 20 % à 95 %.

 

Voiture, moto, maison ou loisirs : recevez chaque mois nos conseils, offres et bons plans.