Quelles sont les différentes arnaques automobiles ?

Les escroqueries au volant existent depuis bien des années. Mais elles reviennent régulièrement sur le devant de la scène, obligeant les forces de l’ordre à appeler les conducteurs à la vigilance. Les scénarios des méfaits sont souvent simples mais ils se montrent, malheureusement, très efficaces, notamment auprès des personnes âgées. Billet de 50 euros sur le pare-brise, rétroviseur cassé ou faux touriste : découvrez les trois arnaques automobiles les plus courantes. Et les réflexes à avoir pour ne pas se faire dérober de l’argent, voire votre voiture.

1. L’arnaque au billet de 50 euros

Parmi les différentes arnaques automobiles dont il faut se méfier, celle dite « du billet de 50 euros » est particulièrement répandue. Pourtant, le scénario est relativement simple. Au moment de vous installer au volant de votre voiture, vous constatez qu’un billet de 50 euros a été glissé entre votre essuie-glace et votre pare-brise. Logiquement, vous descendez de votre véhicule pour récupérer l’argent. C’est à ce moment-là que le voleur en profite pour prendre votre place et partir avec la voiture.

L’arnaque est soudaine et ne prend que quelques secondes. Pour éviter tout problème, il est important de se rappeler une règle essentielle : ne laissez jamais votre auto libre si les clefs sont sur le contact ou si le moteur est en marche. Et ce, même si vous laissez le véhicule vacant pour un très court laps de temps. La Police nationale appelle régulièrement à la vigilance face à cette escroquerie, certes ancienne, mais toujours d’actualité.

 

 

2. L’arnaque au rétroviseur

L’escroquerie au rétroviseur fait, elle aussi, partie des arnaques automobiles les plus courantes. Et, une fois encore, le mode de fonctionnement du voleur est très simple.

Cette arnaque se déroule généralement sur un parking ou une aire d’autoroute. Le conducteur d’une voiture stationnée à proximité – l’escroc, en réalité – vous interpelle pour vous signaler que vous avez accroché son véhicule par inadvertance et cassé son rétroviseur. Le voleur appelle donc un complice qui se fait passer pour son assureur. Ce dernier vous explique que si vous souhaitez lancer une procédure d’assurance, cela coûtera cher aux deux parties pour un simple rétroviseur et qu’il est préférable de vous arranger à l’amiable. Un arrangement qui passe donc par une transaction en argent liquide. Le voleur n’hésitera d’ailleurs pas à vous accompagner jusqu’au distributeur automatique le plus proche.

Habituellement, cette arnaque coûte plusieurs centaines d’euros à la victime. Mais il arrive parfois que les sommes volées se comptent en milliers d’euros. Par exemple, une octogénaire du Lot-et-Garonne a été délestée de 3 500 euros par un jeune couple à bord d’une grosse cylindrée.

Si vous vous retrouvez dans cette situation, gardez votre calme et ne cédez pas aux sollicitations de votre interlocuteur. Insistez pour réaliser un constat et, en cas de refus de l’escroc présumé, contactez la police ou la gendarmerie. Si vous avez le moindre doute, tentez de récolter le maximum d’informations sur la personne : caractéristiques physiques, description et plaque d’immatriculation de sa voiture, etc.

3. L’arnaque à l’Irlandaise

Parmi les différentes arnaques automobiles, celle dite « à l’Irlandaise » se montre fréquente en période de vacances, plus particulièrement sur les aires d’autoroute. Dans ce scénario frauduleux, le ou les voleurs vous abordent pendant votre pause. Ils vous expliquent, dans un anglais impeccable, qu’ils sont Irlandais, de passage en France, et qu’ils doivent faire face à une grosse difficulté (vol de papiers, panne de véhicule, etc.).

Les escrocs sollicitent ainsi une aide financière pour les aider à réparer leur voiture ou rentrer chez eux. Pour vous convaincre, ils n’hésitent pas à vous montrer de solides « preuves » : photo de la voiture avec plaque d’immatriculation britannique et volant à droite, adresse et numéro de téléphone, voire à vous signer une (fausse) reconnaissance de dette. Face à la détresse de ces touristes irlandais, bon nombre de victimes tombent dans le piège et remettent plusieurs centaines d’euros, parfois jusqu’à 900 euros. Une somme qu’ils ne reverront jamais.

Si vous vous faites aborder par ce genre d’individus, ne donnez pas d’argent et n’intervenez pas. Composez le 17 pour prévenir la police ou la gendarmerie, et donnez-leur le signalement de ces faux touristes britanniques.