Injecteurs, soupapes : attention à l'encrassement du système d'injection

Sur un moteur essence comme Diesel, l'encrassement du système d'injection peut survenir, entrainant augmentation de la consommation et baisse de la longévité du moteur. 

 

Injecteur de voiture : une mécanique sensible

Ayant remplacé le carburateur au cours des années 1980, l'injection a considérablement amélioré les performances des moteurs et réduit leur consommation. Désormais piloté en temps réel par les calculateurs de l'unité de commande électronique du véhicule, le système d'injection s'adapte en permanence aux conditions météorologiques, à la température, au régime du moteur ou encore au niveau d'enfoncement de la pédale d'accélération, afin de délivrer au moteur la juste quantité de carburant.

C'est dans l'injecteur, un élément aussi gros qu'un stylo dans les véhicules légers, que le carburant est projeté à haute pression (jusqu'à plus de 2000 bars dans un moteur Diesel) à travers les trous dont le diamètre varie entre 80 et 200 microns, soit à peine plus que celui d'un cheveu. Il en ressort pulvérisé sous forme de microscopiques gouttelettes.

L'exacte quantité de carburant est alors libérée par l'injecteur : soit dans le conduit d'admission (avant la soupape) en cas d'injection indirecte (essence), soit directement dans la chambre de combustion en cas d'injection directe (Diesel ou essence).

En injection indirecte, le carburant vaporisé et l'air se retrouvent propulsés ensemble par la soupape d'admission vers le cylindre, où la combustion sera initiée par la bougie d’allumage. Ce type d'admission est cependant en train de perdre du terrain au profit de l'injection directe. Très longtemps réservée aux moteurs Diesel, celle-ci se généralise dans les moteurs essence. 

 

Les causes de l'encrassement

L'encrassement est l'accumulation dans le système d'injection de dépôts issus d'une combustion incomplète, de suie grasse (appelée aussi calamine), mais aussi d'éléments chimiques présents dans le carburant, qui en se détériorant, entraînent la formation de vernis, ou de laques. Il touche tout particulièrement les soupapes d'admission en injection indirecte et les injecteurs en injection directe.

Bien que les constructeurs cherchent aujourd'hui à privilégier des matériaux plus résistants à l'encrassement, les nouvelles motorisations se révèlent plus vulnérables. En cause : des températures et des pressions plus élevées, ainsi que la présence de jeux plus étroits entre les pièces mécaniques.

Car en se logeant dans les micro-trous de l'injecteur, les dépôts peuvent finir par faire diminuer la pression du jet de carburant, empêchant alors l'homogénéité du mélange air-carburant, ce qui altère la performance du moteur. Dès lors, un véritable cercle vicieux peut s'enclencher, l'encrassement appelant l'encrassement. La consommation augmente, les performances diminuent, le moteur s'use prématurément et votre véhicule rejette davantage de CO2 et de polluants dans l'atmosphère.

 

Des détergents pour injecteurs et soupapes encrassés

L'émission de fumées noires, des difficultés au démarrage, des ralentis saccadés, la baisse de performance du moteur ou une surconsommation sont autant de signes qui doivent vous alerter.

Pour se prémunir de l'encrassement des injecteurs ou des soupapes d'admission, la meilleure solution consiste à opter pour des carburants additivés de qualité supérieure comme TOTAL EXCELLIUM. Grâce aux détergents qu'ils contiennent, ils nettoient et décrassent efficacement au quotidien le système d'injection.