Skip to content

Assurer la disponibilité du carburant sur tout le territoire

Qualité approvisionnement

Chaque goutte de JET A-1, d’AVGAS 100LL ou d’UL 91 qui parvient aux cuves des aéroports a parcouru un long périple. Depuis les raffineries, elle a glissé le long des pipelines, patienté dans des cuves de décantation, a été réinjectée avec précaution dans des camions qui ont parcouru d’ultimes kilomètres pour livrer leur précieuse cargaison. Christophe Guerbois, Responsable Supply, logistique et gestion du risque, nous emmène dans le gigantesque réseau d’approvisionnement de Total.

Un maillage dense pour l’acheminement du carburant

Total est le premier fournisseur européen de JET A-1, le carburant très majoritairement consommé devant l’AVGAS 100LL et l’UL 91. Une part de marché de plus de 50 % sur de nombreux aéroports, dans une quinzaine de pays en Europe. Son réseau d’approvisionnement s’appuie sur un efficace maillage du territoire ; depuis les grandes zones de raffinage ou d’importation que sont Le Havre, Rotterdam, Fos-sur-mer ou Donges, la région rhénane ou les environs de Berlin, le Royaume-Uni et l’Irlande, l’Italie, et jusqu’à Gdansk ou les pays baltes, des milliers d’hectolitres transitent dans les veines du système. Un dédale logistique supervisé par Christophe Guerbois et sa Supply Team. À eux huit, ils coordonnent les flux et assurent aux aéroports clients une disponibilité totale des carburants. Total maîtrise depuis longtemps une problématique classique de son marché : la demande en carburant excède les capacités de ses raffineries. « Pour pallier cela, on a d’abord recours à l’importation. Stocké sur des zones logistiques stratégiques, le carburant est dispatché à la demande. Nous achetons aussi à des raffineurs tiers répartis en Europe. » Le stock en particulier est un élément clé du dispositif, puisqu’il permet un ajustement en cas de rupture ponctuelle de la chaîne d’approvisionnement (arrêt brutal de production ou de transport), un risque toujours présent.

Eviter les pénuries et maîtriser les risques environnementaux

Le métier de l’approvisionnement, mélange de logistique et de pilotage des prestataires, nécessite une vigilance et une attention redoublées ; car beaucoup d’incidents peuvent couper les flux et mettre en danger la régularité des approvisionnements. Grèves qui paralysent un pays ou une région, accidents industriels, saturation des moyens logistiques, notamment en période estivale ; les facteurs de rupture sont nombreux. En cas de coup dur, le génie de la logistique de Christophe Guerbois et son équipe entrent en scène : « On va trouver tous les moyens alternatifs possibles pour continuer l’approvisionnement, tout en en adaptant en permanence la logistique à l’évolution des marchés et aux nouvelles contraintes environnementales ». Dernier cas d’école en date, la crise des Gilets jaunes de 2018-2019, suivie par les grèves liées à la réforme des retraites : « Durant des mois, malgré des mouvements sociaux très amples, le carburant est parvenu à destination sur tous les aéroports. Nous sommes capables de trouver des solutions et de les mettre en place à grande échelle en 2-3 jours », commente Christophe.

 

Une logistique d’approvisionnement exigeante

 

Le schéma logistique s’élabore généralement en fonction de la proximité du client, de la régularité et du volume demandé. Au départ de la zone havraise (France) par exemple, des pipelines approvisionnent directement d’un dépôt à l’autre les grands aéroports de la région parisienne, Charles-de-Gaulle et Orly. Des barges empruntent le réseau fluvial européen pour alimenter la zone rhénane, tandis que le réseau ferré absorbe une bonne partie du trafic en Europe centrale. Plus visible, la route reste indispensable pour effectuer les derniers kilomètres. Les transporteurs routiers certifiés doivent se conformer aux règles et processus qualité de Total. « Outre la sécurisation de l’approvisionnement, c’est la qualité du produit que nous garantissons. Il est exclu de travailler en dehors de process rigoureux. Notre travail est d’apporter le carburant en limitant au maximum les ruptures de charge (les transferts d’un contenant à un autre, NDLR), dans les meilleures conditions possibles. »

« Nous travaillons en étroite coopération avec nos collègues du raffinage et du trading chez Total, et avec les équipes qui coordonnent les transports et les livraisons par camions. Lorsque nous anticipons un risque de tension sur la chaîne logistique, nous prenons immédiatement des mesures pour le pire scénario. Grâce à cette réactivité et à la mobilisation de tous, nous avons toujours un plan B opérationnel. »

Séverine Ruellan, coordinatrice approvisionnement

L’approvisionnement n’est pas un long fleuve tranquille. Mais lorsqu’on a des décennies d’expertise et une connaissance aussi profonde des pays, aucun territoire n’est inaccessible. Les conditions météorologiques peuvent rendre l’exercice difficile et demandent donc un savoir-faire pointu. Quand ce ne sont pas les difficultés logistiques ce sont les particularités saisonnières qui s’en mêlent. La Corse n’est pas que l’île de beauté. C’est aussi un casse-tête pour le logisticien qui, durant toute la saison touristique, doit orchestrer l’approvisionnement de très grands volumes, en très peu de temps, dans de petites infrastructures en sommeil le reste de l’année. « Il n’y a pas de configuration type. Chaque client est différent. »

 

LES VOIES DU CARBURANT

 

PIPELINES

Plus de 40 000 km3 de réseaux publics et privés
2/3 du JET A-1 passe par les pipelines

FER

Surtout utilisé sur la moitié Est de l’Europe

FLUVIAL

Très concentré sur la Belgique et les Pays-Bas

ROUTE

Permet d’assurer les derniers kilomètres

STOCKAGE

8 raffineries Total européennes et 3 principaux dépôts d’importation (Lavéra, Le Havre et Rotterdam).
 

En chiffres

Un baril de brut deviendra…

 

 

Voir aussi

Voiture, moto, maison ou loisirs : recevez chaque mois nos conseils, offres et bons plans.