Quels sont les différents types d’électricité ?

On distingue aujourd’hui deux types de source d’énergie : les énergies dites fossiles et les énergies renouvelables, aussi appelées énergies vertes. Si la France est connue pour sa forte dépendance au nucléaire, le mix énergétique tend de plus en plus vers ces énergies vertes. L’éolien et l’hydraulique ont notamment le vent en poupe. Gros plan sur les différents types d’électricité disponibles dans le bouquet énergétique français et l’ambition affichée par le gouvernement d’atteindre 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation totale d’ici 2030.

L’électricité issue des énergies fossiles

Les énergies fossiles s’opposent aux énergies renouvelables. Elles sont appelées ainsi car elles proviennent d’une très lente décomposition d’éléments vivants, principalement des plantes, survenues il y a plusieurs millions d’années. On considère donc ces énergies fossiles comme non renouvelables, et donc menacées d’épuisement.

Le pétrole, le gaz et le charbon en net recul

Le pétrole est souvent la première ressource associée au terme d’énergie fossile. Le fioul, dérivé de l’anglais fuel, est un combustible liquide provenant du pétrole. Mais son utilisation en France pour la production d’électricité a connu une baisse significative, au même titre que l’utilisation du charbon et du gaz. En 2018, seulement 14 % de la production électrique française provenait du fioul, du gaz et du charbon. Au-delà de leur stock qui n’est pas inépuisable contrairement aux énergies renouvelables, le charbon et le fioul ont un autre défaut : ils émettent beaucoup de dioxyde de carbone, en grande partie responsable du réchauffement climatique. 

La dépendance française au nucléaire

L’énergie nucléaire s’appuie, elle aussi, sur une ressource non renouvelable : l’uranium. En effet ce métal radioactif nécessaire à la production de l’électricité dans les centrales nucléaires fait lui aussi partie des énergies fossiles. Le gouvernement français a annoncé son souhait de diminuer la part du nucléaire dans le bouquet énergétique français. En 2018, le nucléaire représentait 71,7 % de l’énergie consommée dans l’Hexagone. Si l’énergie atomique présente l’avantage de ne pas émettre de CO2, en revanche le stockage et le traitement des déchets radioactifs pose problème.

 

 

L’électricité issue des énergies renouvelables

Le gouvernement français s’est fixé pour objectif d’atteindre un mix énergétique composé à 32 % d’énergies vertes à l’horizon 2030. Quel est l’état des forces en présence ?

L’énergie hydraulique

L’énergie hydraulique est la première source de production d’énergie verte en France. En 2018, les centrales hydroélectriques ont fourni 12 % de l’électricité consommée dans l’Hexagone. Cela représente une augmentation de 25 % par rapport à l’année précédente. Cette énergie se base sur la force de l’eau, soit grâce à la hauteur de la chute d’eau soit par le débit des fleuves et rivières. L’hydroélectricité est exploitée depuis le XIXe siècle dans l’Hexagone. EDF exploite aujourd’hui 640 barrages. En plus d’être une énergie renouvelable très économique, l’énergie hydraulique a l’avantage de ne produire aucun gaz à effet de serre.

L’énergie éolienne

Avec 6 % de l’énergie produite dans l’Hexagone, l’éolien occupe la 2e marche du podium des énergies vertes. C’est un peu au-dessus des objectifs fixés par le plan climat mais cela reste en deçà de la moyenne européenne située à 14 %. La France compte près de 8 000 éoliennes implantées dans plus de 1 300 parcs. L’avenir de cette énergie se jouera probablement en mer. Mais le premier parc éolien français ne sera raccordé qu’en 2022 alors que près de 4 000 mats et pales sont déjà en service pour le compte de pays voisins. Malgré ses 3 500 km de façade maritime, la France est donc à la traîne dans ce domaine alors même que les éoliennes offshore ont un rendement nettement meilleur que leurs homologues terrestres.

L’énergie solaire et la biomasse

La part d’énergie solaire dans la production d’électricité n’était que de 1,9 % en 2018. Deux types d’énergies solaires existent :

  • L’énergie solaire photovoltaïque qui transforme en électricité le rayonnement solaire
  • L’énergie solaire thermodynamique basée sur la chaleur du rayonnement

 

Enfin, la biomasse représentait quant à elle 1,8 % de la production électrique. Déchets organiques d’origine agricole, industrielle ou domestique, l’énergie par biomasse recycle ces matières en produisant chaleur et électricité.

Le saviez-vous ?

Total Direct Énergie propose une Offre Verte avec électricité 100% éolienne et solaire et 10% de biogaz.

 

Pour rappel : quels sont les objectifs du plan climat ?

Parmi les objectifs du plan climat proposé par le gouvernement figure la diminution de la part du nucléaire dans la production d’électricité. Et pour cause, l’électricité issue aujourd’hui des centrales nucléaires françaises représente 75 % de l’énergie produite dans l’Hexagone. L’objectif est de ramener à 50 % la part du nucléaire en France à l’horizon 2025. Pour ce faire, le gouvernement entend donc mettre l’accent sur les énergies vertes. Pour aller plus loin, le plan climat entend même porter à 32 % la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2030. À terme, les autorités françaises souhaiteraient remplacer totalement l’énergie nucléaire par des sources d’énergies renouvelables.