Chauffage au bois : comment obtenir une combustion de qualité ?

Un tiers des foyers français utilise le bois comme moyen de chauffage. Si le processus peut sembler simple, certains paramètres sont à prendre en compte pour obtenir une combustion optimale et, par conséquent, une chauffe plus rapide et plus longue sur la durée. Retrouvez les conseils de Total pour obtenir une combustion de qualité avec votre chauffage au bois.

Comment obtenir une bonne combustion ? 

Pour obtenir une combustion de qualité pour votre chauffage au bois, commencez par vous assurer du bon entretien et du bon fonctionnement de vos équipements et de votre cheminée. Afin de profiter de l’énergie de chauffage de manière optimale au sein de votre habitation, trois facteurs sont primordiaux. Tout d’abord, lors du lancement du feu, veillez à ce que l’apport en air et oxygène soit suffisant de manière à lancer la combustion rapidement.

Une fois que le bois est enflammé, il faut alors s’assurer que le foyer ne retombe pas sous les 250°C. Réduisez l’arrivée d’air extérieur et évitez de recharger avec un trop grand nombre de bûches massives et encore froides, d’autant si le feu est faible. Il ne pourra pas maintenir la température du foyer aux alentours de 250°C-300°C et s’éteindra probablement. Enfin, toujours au sujet du bois, son taux d’humidité est un paramètre déterminant pour une bonne combustion. Plus les bûches seront humides, plus cela nécessitera du temps et de l’énergie pour les sécher pour, finalement, faire partir votre feu.

Les étapes de la combustion du bois 

Une combustion de qualité de votre chauffage au bois se déroule en plusieurs étapes.

Le séchage 

Même lorsqu’il est sec, le bois de chauffage contient encore entre 15 et 20 % d’humidité. Ainsi, la première étape de la combustion va consister à sécher les bûches jusqu’à ce que le taux descende à environ 10 % d’humidité. Plus simplement, il s’agit du moment où une fumée blanche se dégage, juste avant l’apparition des premières flammes. Ce phénomène de séchage intervient généralement entre 150°C et 250°C.

La pyrolyse 

Au-delà des 250°C, les flammes se développent de plus en plus rapidement. Dans le même temps, le bois commence à se décomposer sous forme de gaz combustibles (à environ 80 %). On atteint la température d’auto-inflammation du bois. En brûlant, les gaz libèrent 75 % de l’énergie contenue dans le bois et produisent de la chaleur jusqu’à 800°C.

La combustion 

Entre 800°C et 1 000°C, le bois est en grande partie décomposé et a laissé place à des braises ardentes. Ces dernières maintiennent le foyer au-dessus des 250°C, permettant au phénomène de pyrolyse de s’entretenir seul, par lui-même. C’est à ce moment que votre installation fonctionne au maximum de sa capacité et que votre pièce sera la plus chauffée. La combustion permettra au feu de perdurer tant que le bois sera suffisant pour entretenir les flammes.

 

Comment choisir un bois de qualité ? 

Pour une combustion de qualité, le choix du bois est lui aussi primordial. Il est préférable de se tourner vers un bois sec pour une meilleure et plus rapide combustion. Afin de reconnaître un bois de qualité, assurez-vous :

  • de l’absence de moisissure et/ou de champignon ;
  • que l’écorce se décroche facilement ;
  • de la présence de légères fissures se développant depuis le centre de la bûche ;
  • de l’apparition de flammes bleues au moment de la combustion.

De même, au moment de l’achat de votre bois, afin d’être sûr d’obtenir une combustion de qualité, renseignez-vous auprès de votre fournisseur sur les éléments suivants :

  • taux d’humidité ;
  • pouvoir calorifique ;
  • essence du bois : les bois durs (bouleau, chêne, hêtre) permettent une combustion plus longue, les bois tendres (pin, sapin, saule) une combustion plus rapide, et les bois résineux sont, eux, à éviter.