Se chauffer au bois en toute sécurité : les conseils à respecter

L’utilisation d’un système de chauffage au bois va de pair avec un certain nombre de règles de sécurité à respecter. Quelles sont les principales précautions à prendre pour limiter les risques d’accident avec son chauffage au bois ? Tout ce qu’il faut savoir.

 

Faire installer son système de chauffage au bois par un professionnel

La première chose à faire pour réduire les risques d’accidents est de faire installer son système de chauffage au bois par un professionnel qualifié (RGE Qualibois). Les professionnels connaissent en effet toutes les règles à respecter en matière de sécurité pour un chauffage au bois. Raccordement, apport d’air pour la combustion, distance à respecter entre le mur et l’appareil, emplacement dans l’habitation, sortie de toiture, etc. : il prend en considération plusieurs aspects lors de l’installation. Il pourra en outre vous apporter des conseils pour bien utiliser votre installation, en prendre soin et éviter les incidents.

Bon à savoir

L’obtention d’aides pour l’installation de certaines solutions de chauffage au bois est en partie conditionnée par le recours à un professionnel qualifié. Une raison de plus pour ne pas essayer d’installer son chauffage soi-même ou de confier cette tâche à un tiers non formé.

Bien entretenir son système de chauffage au bois

Les chaudières au fioul, au gaz au charbon mais aussi bois, dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kilowatts doivent être entretenues au moins une fois par an par un chauffagiste.

Cet entretien a pour principal objectif d’assurer la sécurité des habitants du foyer en vérifiant le niveau d’émissions de monoxyde de carbone de l’installation. Ce gaz invisible et inodore peut en effet être mortel lorsqu’il est présent en trop grande quantité dans l’air.

Le chauffagiste procède également à la vérification de plusieurs éléments de la chaudière, à son nettoyage et ajuste son réglage si nécessaire.

À la fin de son intervention, le professionnel remet une attestation d’entretien, qu’il faudra conserver précieusement. Elle pourra servir de justificatif auprès d’un organisme d’assurances, et de votre bailleur si vous en avez un, en cas de sinistre.

En cas d’oubli ou d’incapacité à fournir un justificatif d’entretien, l’assureur peut refuser d’indemniser les victimes lors d’un sinistre. Le bailleur peut quant à lui décider de retenir le montant de l’entretien sur le dépôt de garantie.

 

 

Faire ramoner les conduits de fumées

Vous avez un foyer fermé, un insert, un poêle ou encore une chaudière à bois ?  Vous devez obligatoirement faire ramoner votre cheminée une fois par an par un professionnel. Ce dernier éliminera les dépôts accumulés dus à la combustion, ce qui facilitera l’évacuation des fumées.

Cette opération apportera davantage de sécurité à votre installation de chauffage au bois et limitera notamment les risques d’intoxication au monoxyde de carbone.

À noter que l’obligation de ramonage peut être portée à deux fois par an si la consommation de l’appareil s’élève à plus de 10 stères par an. Votre organisme d’assurances et la région peuvent aussi imposer deux ramonages par an. L’un des deux ramonages doit toujours avoir lieu pendant la période de chauffe.

 

Veiller au bon état de son détecteur de fumées

Depuis le 8 mars 2015, l’installation d’un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) est obligatoire au sein des logements. Comme leur nom l’indique, ces appareils servent à détecter les fumées émises dès qu’un incendie démarre et à alerter les habitants du logement avec un signal sonore. Ce signal a été pensé pour pouvoir réveiller une personne endormie.

Le fonctionnement de la grande majorité de ces appareils est garanti pendant plusieurs années mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas y penser une fois qu’ils sont en place. Les occupants du logement doivent s’assurer régulièrement du fonctionnement des piles et les remplacer si nécessaire.

 

Brûler uniquement du combustible de qualité

Que vous ayez choisi un appareil fonctionnant avec des pellets (ou granulés), des bûches ou encore des bûches de bois compressé, optez un combustible de qualité et respectant les normes en vigueur. Ne brûlez pas n’importe quel matériau, au risque d’endommager votre appareil et de vous mettre inutilement en danger à cause de la toxicité des fumées générées par des combustibles non adaptés. Palettes, bois vernis ou peint, cartons, plastiques et autres meubles sont par exemple à proscrire.

 

 

Quelques conseils complémentaires

Au quotidien quelques règles doivent être respectées pour se chauffer au bois en toute sécurité.

 

  • Limiter les risques de surchauffe

La sécurité du chauffage au bois, implique également de prêter attention à l’alimentation de la chambre de combustion. Il ne faut pas trop la remplir afin d’éviter la surchauffe et un éventuel feu de cheminée. Pour ne pas commettre d’impair, le plus simple est de consulter la notice de l’appareil.

  • Respecter les distances de sécurité avec l’appareil afin d’éviter les brûlures. Soyez particulièrement vigilants avec les enfants.
  • Ne pas essayer d’allumer un feu avec de l’essence, un allume barbecue ou encore du kérosène.
  • Ne jamais couvrir son appareil.
  • Retirer les cendres régulièrement et les placer dans un objet métallique jusqu’à ce qu’elles refroidissent. Pourquoi faire cela ? Les cendres peuvent rester incandescentes pendant de nombreuses heures et il n’est pas recommandé de les jeter tout de suite pour éviter les risques d’incendie.

Pour toute question relative à la sécurité de votre installation de chauffage, n’hésitez pas à vous adresser à un chauffagiste.

Bon à savoir

Vous pouvez commander vos pellets ou vos bûches en ligne au meilleur prix sur www.total-proxi-energies.fr.