Comment bien choisir son bois de chauffage ?

Bien choisir son bois de chauffage, c'est un impératif pour trois raisons. Tout d'abord, pour optimiser les coûts. Ensuite, pour profiter d’une chauffe efficace et agréable. Enfin, pour s'assurer que sa chaudière, qui a souvent nécessité un véritable investissement, durera longtemps. Mais comment faire ? Quels sont les critères à prendre en compte ? Total vous explique tout.

Premier critère : l'essence du bois

Le premier critère à considérer pour acheter le bon bois de chauffage n’est autre que l’essence même du bois. Il en existe plusieurs types :

  • les feuillus durs, représentés par le frêne, le hêtre, le chêne ou encore le charme ;
  • les feuillus tendres, que sont le bouleau, le platane et le peuplier ;
  • les résineux, comme le sapin, le pin et l'épicéa.

Le choix de l'essence ne doit pas se faire au hasard, puisqu'il aura une influence directe sur la chaleur produite par votre chaudière. Mais alors, entre ces trois familles, laquelle choisir ?

Incontestablement, ce sont les feuillus durs qui sont les plus adaptés. Bois de frêne, de hêtre, de chêne et de charme apportent en effet le plus haut pouvoir calorifique, combiné à une combustion plus longue en raison de la densité de leurs fibres. En clair, pour une même quantité de bois, vous chauffez plus (donc le besoin de stockage est moins important) et plus longtemps.

Par ailleurs, sachez que les feuillus tendres sont à déconseiller en chauffe longue. Ils brûlent moins longtemps et présentent l'inconvénient de plus encrasser votre appareil. Ce qui se répercute forcément sur le coût de l'entretien. Ils peuvent néanmoins vous permettre de démarrer votre feu.

Deuxième critère : l'humidité du boiS

Au moment de choisir votre bois de chauffage, il faudra prendre en compte un autre critère essentiel : le taux d'humidité du bois. Là encore, il faut distinguer trois types de bois :

  • le bois vert, avec plus de 35 % d'humidité ;
  • le bois mi-sec, avec 23 à 35 % d'humidité ;
  • le bois sec, avec moins de 23 % d'humidité.

Lequel choisir ? Le moins humide évidemment. Tout bois perd en effet une large partie de ses capacités énergétiques s'il est humide. Tout simplement parce qu'avant qu'il ne puisse dégager de la chaleur, il doit évacuer l'eau par évaporation (ce qui encrasse au passage l'appareil de chauffage). Au contraire, le bois de chauffage sec démarre plus facilement, chauffe plus vite et n'encrasse pas l'appareil. Résultat ? Un rendement énergétique optimisé. N'oubliez donc pas de vous renseigner sur le taux d'humidité du bois de chauffage que vous envisagez d'acheter et sur ses conditions de stockage, qui contribuent largement à le rendre ou non vert. Vous pourrez cependant faire de bonnes affaires en achetant votre bois mi-sec ou humide, hors saison de chauffe, puisqu'il aura le temps de sécher a priori.

 

 

Troisième critère : les dimensions du bois

C'est le critère le plus logique mais il est toujours utile de le rappeler : c'est votre foyer qui détermine la dimension des bûches à utiliser. Vous en trouverez à des longueurs comprises entre 20 et 50 cm. Bien sûr, si vous disposez d'une scie ou d'une tronçonneuse, vous pouvez tout à fait acheter des buches plus longues et les couper ensuite à la bonne taille. Vous avez tout à y gagner : plus les bûches sont vendues courtes, plus elles ont nécessité de la main d'œuvre, plus elles sont chères.

Quatrième critère : l'origine du bois

C'est un élément qui compte aujourd'hui encore plus qu'hier : la provenance du bois. Toutes ne se valent pas, les critères évaluant la qualité du matériau n'étant pas les mêmes partout.

Un conseil ? Choisissez un bois certifié PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières). Celui-ci, en plus de ses qualités intrinsèques et de celles de la chaîne de production, vous assurera de contribuer à une gestion saine et durable des forêts.

Cinquième critère : se passer du bois traditionnel ?

Il existe une alternative, qui se présente toujours lorsque l'on se demande comment choisir son bois de chauffage : la briquette (également appelée bûche de bois densifié ou bûche calorifique). Fabriquée avec de la sciure compressée, elle mesure 20 à 35 cm de long, est très peu humide, pour un pouvoir calorifique très élevé et un stockage facilité. Seul problème, et non des moindres : le coût, deux à six fois plus important que le bois traditionnel. Il ne semble donc pas raisonnable de s'en servir pour une chauffe sur la durée. La briquette peut néanmoins permettre de démarrer le feu et de faire vite monter en température le logement, avant que les bûches ne prennent le relais.

Bon à savoir

Total met à votre disposition des bûches de bois de chauffage de qualité supérieure. Les TOTAL Bûches Premium rassemblent tous les critères précédemment cités en matière d’essence de bois, de pouvoir calorifique, de taux d’humidité et de longueurs de bûches, pour une performance optimale garantie.