Actualités

e-CMR

e-CMR : première expérimentation dans le cadre d’une expédition transfrontalière

Mis à jour le 14/02/2017

Le 19 janvier 2017, la CMR électronique a été utilisée pour la première fois dans le cadre d’un transport de marchandises transfrontalier par route. Cette expérimentation pilote de 1 300 km partant d’Huelva, en Espagne, à destination de  Perpignan, était organisée par la FNTR, l’IRU et l’ASTIC (association espagnole du transport routier international).

L’expérimentation de la e-CMR va se poursuivre durant six mois et a pour objectif d’être étendue à d’autres zones géographiques, dont le Benelux, d’ici fin 2017.

Quels sont les avantages de la e-CMR ?

Cette version électronique de la CMR permet d’améliorer la rentabilité des entreprises (facturation immédiate des transports, pas d’archivage papier, transparence des opérations, etc). Elle facilite également le travail des conducteurs, tout en ayant un effet positif sur l’environnement grâce aux économies de papier ainsi réalisées.


Pourquoi les couts du transport routier

Pourquoi les coûts du transport routier augmenteront cette année…

Publié le 01/02/2017

Le CNR (Comité national routier) prévoit une hausse contenue des coûts de revient du transport pour 2017 : de 1,2 à 2,1 %.

Évolution du coût du personnel

Les coûts liés aux salaires et charges salariales pourraient augmenter dans les mêmes proportions qu’entre 2015 et 2016 (2,5 %). Les frais de déplacement du personnel de conduite sont aussi concernés : les prévisions de hausse s’échelonnent entre 0,6 et 2 %.

Le matériel et la maintenance impactés

Le coût de détention du matériel pourrait subir une hausse de 1,6 %, due « aux nouveaux équipements de sécurité́ obligatoires », indique le CNR. Côté assurance, le pronostic de hausse est de 0,8 % (contre 0,4 % l’année dernière). Les coûts de maintenance pourraient aussi gonfler (jusqu’à 1 %), notamment à cause des technologies embarquées.

Carburants et péages aussi concernés

« Le projet de loi de finances […] retient une augmentation de + 6,2 % du prix moyen du baril de Brent calculé en euros », rappelle le CNR. « Cette hausse pourrait se traduire par une inflation du prix moyen annuel du gazole (avec la TICPE complète) de + 6,6 %. » Concernant les péages, leur revalorisation annuelle pourrait être de 1 %. La bonne nouvelle concerne la taxe à l’essieu : son montant reste inchangé pour cette année.


Fiscalite des entreprises de transport

Fiscalité pour les entreprises de transport : panorama et évolutions

Publié le 31/01/2017

TICPE, taxe à l’essieu, péages… Les entreprises de transport routier sont 4 à 5 fois plus taxées que les autres sociétés. Comment cette fiscalité évolue-t-elle ? Quels sont ses inconvénients au niveau européen ? Quelle fiscalité s’applique aux nouvelles énergies ? Nos réponses dans ce dossier.

La TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) est l’impôt le plus contraignant financièrement pour les entreprises de transport routier. L’ancienne TIPP (son nom a changé en 2011) -  dont le montant est fixé par la Loi de finances et peut être majoré ou non par chacune des régions -, représente environ 5 % de leur chiffre d’affaires. Les exploitants d'entreprises de transport routier de marchandises peuvent demander le remboursement partiel de cette taxe (sous conditions) pour les véhicules de plus de 7,5 tonnes.

En Île-de-France, la TICPE pourrait augmenter cette année : la loi de finances pour 2017 autorise en effet le Syndicat des transports d'Île-de-France (Stif) à décider d’une hausse pour contribuer au développement des transports en commun. Les organisations professionnelles du transport routier sont contre cette augmentation et soulignent que cette taxe a déjà subi une hausse de 16 % ces deux dernières années.

Une difficile concurrence européenne

La fiscalité appliquée au gazole n’est pas identique dans tous les pays européens. Ces différences sont sources de distorsion de la concurrence dans les transports. Aussi, l’Europe travaille à l’harmonisation des taux, afin que le marché intérieur fonctionne avec plus d’équité.

Certaines organisations, comme la FNTR, appellent à la création d’un « gazole professionnel européen » dont le montant serait le plus uniforme possible dans l’ensemble des pays.

Fiscalité allégée sur le GNV

Si la TICPE représente un poids considérable pour les flottes gazole, elle est beaucoup plus avantageuse pour les poids lourds fonctionnant au GNV (gaz naturel pour véhicules) et au bioGNV. Ils bénéficient en effet d’un avantage fiscal net par rapport au gazole : en 2017, la TICPE GNV est de 8,60 cts €/kg, contre 53,07 cts €/l pour la TICPE gazole. En outre, les véhicules utilisant ces nouvelles énergies bénéficient d’un amortissement fiscal supplémentaire exceptionnel. Cette mesure a récemment été étendue aux véhicules de 3,5 tonnes, qui n’étaient pas concernés jusqu’à présent.

Péages : la fiscalité sur la circulation

Les péages représentent le deuxième impôt plus important après la TICPE. La FNTR estime que « le transport routier de marchandises acquitte plus d’un milliard d’euros pour les péages chaque année », soit 2,1 % du chiffre d’affaires des entreprises du secteur. À partir du 1er février 2017, les prix des péages vont évoluer (+ 0,76 % en moyenne) pour compenser le niveau d’inflation, l’augmentation de la redevance domaniale (contrepartie à l’occupation de l’espace public) et financer les travaux non prévus aux contrats.

L’écotaxe : marche avant, marche arrière

Difficile de suivre l’actualité de la Taxe nationale sur les véhicules de transport de marchandise : les informations changent en permanence et se contredisent. Cette taxe kilométrique, destinée à financer le développement de certains types de transports (par exemple fluviaux et ferroviaires), doit être abandonnée. Pourtant, en décembre 2016, le Conseil d'État a estimé que le refus du gouvernement d'appliquer l'écotaxe était "illégal". Il a donc demandé à l'exécutif de prendre, dans les six mois, un arrêté fixant la date de début de collecte. Malgré tout, l’application effective de la taxe poids lourd semble compromise, puisque l’abrogation totale des textes est en cours. À suivre…

La fiscalité s’applique aussi aux véhicules

Autre élément fiscal qui pèse sur les entreprises de transport : la TSVR (Taxe spéciale sur certains véhicules routiers ou « taxe à l’essieu »), destinée à couvrir l’entretien de la voirie. Elle concerne les véhicules ayant 2 essieux minimum et dont le PTAC est supérieur ou égal à 12 tonnes. Chaque année, les propriétaires et locataires de poids lourds déboursent environ 100 millions d’euros pour régler cette taxe.

Au 1er juillet 2016, le régime de paiement de la TSVR est devenu semestriel : la taxe est liquidée et payée tous les six mois (trois mois auparavant). Cela permet aux entreprises de réduire leurs formalités déclaratives.

Une nouveauté : la taxe sur les immatriculations 

Cette nouvelle taxe devrait voir le jour prochainement, sur une proposition des députés Philippe Duron et Gilles Savary. Les propriétaires de véhicules de plus de 3,5 tonnes neufs ou d’occasion devraient s'acquitter d’un montant fixe (11 euros environ) lors de l'immatriculation de chaque véhicule.

Cette taxe, qui rapporterait environ 800 000 euros, était souhaitée par la profession du transport routier afin de financer à environ 50 % les frais de fonctionnement du Comité national routier (CNR).


Les 6 innovations qui vont bouleverser le monde du transport

Les 6 innovations qui vont bouleverser le monde du transport

Publié le 31/01/2017

Moins d'accidents ou d'embouteillages, meilleure gestion du transport de marchandises... D'ici 2025, de nouvelles technologies devraient changer radicalement les habitudes des chauffeurs. C'est en tout cas ce que prédit le cabinet d'audit Strategy&, spécialiste du consulting appartenant au groupe PwC. Plus de détails ici !

La communication V2I (vehicle-to-infrastructure)
De plus en plus, le perfectionnement des logiciels GPS et de 3D mapping permet de relier les poids lourds aux données des infrastructures. À bien des égards, les véhicules connectés offrent des évolutions séduisantes : éviter les embouteillages, trouver une place ou une station-service facilement... avec des gains de temps conséquents à la clé.

La communication V2V (vehicle-to-vehicle)
La communication entre véhicules est également citée dans l'étude. Le partage d'informations (position sur la route, vitesse et direction) combinée à l'utilisation de technologies comme le régulateur de vitesse ou le freinage automatique d'urgence devrait diminuer les effets négatifs d'une circulation dense. Résultats : une baisse du nombre d'accidents sur la route, d'embouteillages et de consommation de carburant.

Le télédiagnostic
Le contrôle permanent de l'état du camion, rendu possible grâce à des boîtiers électroniques reliés aux circuits électriques, est un défi qui intéresse forcément les transporteurs. En anticipant les problèmes mécaniques, le coût de la maintenance d'une flotte baisserait de manière importante. Les programmes d'entretien pourront être optimisés grâce à une meilleure compréhension des défaillances. L'étude estime que la durée de vie des véhicules ainsi équipés augmenterait de 5 %.

Des dépenses à la baisse
L'ensemble des innovations technologiques en développement devrait permettre aux transporteurs de diminuer leurs coûts de 30 % par poids lourd d'ici 2030.

Les camions autonomes
Les tests grandeur nature de conduite de camion sans chauffeur se multiplient déjà... et ils s'avèrent globalement concluants. Selon l'étude, les poids lourds autonomes seront bien une réalité d'ici 10 ans, même si de nombreuses questions, notamment de responsabilités en cas d'accident, restent en suspens.

La chaîne de valeur intégrée
En connectant l'ensemble des acteurs de la chaîne logistique, ce sont des gains conséquents qui sont à prévoir. Ainsi, en cas de défaillance d'un camion, toutes les données seront transmises du fournisseur de pièces au distributeur, jusqu'au client final. Les livraisons des pièces de rechange seront optimisées, même en cas d'imprévu, diminuant ainsi les coûts liés aux délais mal maîtrisés.

Truckfly : l’appli innovante pour les chauffeurs

Certaines innovations se mettent en place, d’autres, comme la géolocalisation en temps réel, sont désormais réalité. Truckfly utilise cette technologie pour proposer aux routiers de rejoindre une grande communauté destinée à leur simplifier la route.

L’application propose notamment, via une carte, d’accéder aux restaurants routiers, parkings, stations-service… Chaque arrêt est détaillé et commenté par les chauffeurs. Il est aussi possible de vérifier l’état du trafic en temps réel et de filtrer les lieux par intérêt.

Les entreprises et les chauffeurs peuvent également utiliser la lettre de voiture électronique, permettant une gestion informatique simplifiée du transport à l’échelle nationale. Ce service 100 % en ligne sera bientôt étendu à la e-CMR, en vigueur à l’échelle européenne.

Les plateformes offre et demande
Cette innovation fait déjà ses preuves avec l'application Chronotruck par exemple. Le principe ? Les camions sont connectés avec le gestionnaire de flotte et le fournisseur afin qu'ils connaissent leur taux de remplissage. Une donnée nécessaire pour équilibrer offre et demande de transport de marchandises. Afin d'éviter les voyages à vide des transporteurs routiers, ce changement pourrait bien être déterminant à l'avenir dans le secteur de la logistique.

D'ici 2025, nul doute que de nouvelles innovations émergeront avec des perspectives aussi séduisantes. Nous vous tiendrons évidemment informés !


Sécurité des véhicules

Sécurité des véhicules : un rapport de la Commission à suivre de près

Publié le 13/01/2017

Dans un nouveau rapport préliminaire, la direction générale de l’industrie de la Commission européenne propose de renforcer les équipements de sécurité sur les véhicules. Les poids lourds sont pleinement concernés, puisqu’il s’agirait notamment d’améliorer la vision du conducteur, dans le but de diminuer les collisions et les accidents.

Certains types de protections - comme des équipements latéraux et arrières anti-encastrement -, pourraient aussi devenir obligatoires. Ces propositions de la Commission européenne concernent également les technologies : freinage automatique d’urgence, contrôle de la somnolence du conducteur, adaptation intelligente de la vitesse et aide au maintien de la trajectoire.

Des mesures applicables sur le long terme

La règlementation n’évoluera pas dans l’immédiat. Les propositions contenues dans ce rapport doivent d’abord faire l’objet d’une étude d’impact et d'une analyse des coûts. Elles seront ensuite soumises aux acteurs du marché. À suivre…


Formation FCO

Chauffeurs, entreprises : pourquoi la FCO est essentielle ?

Publié le 14/12/2016

Chauffeurs de poids lourds, entreprises de transport : la Formation continue obligatoire vous concerne. Si elle présente de nombreux avantages, elle vous soumet aussi à des obligations. Explications.

Un rendez-vous récurrent pour les conducteurs

Si vous êtes chauffeur de poids lourd, la FCO marchandises est une formation que vous devez effectuer à intervalles réguliers : 35 heures tous les 5 ans. Vous êtes concerné si vous conduisez des véhicules de plus de 3,5 tonnes de PTAC et êtes titulaire des permis C, CE (ou permis équivalents) et d’une FIMO marchandises (ou attestation équivalente). Le programme de la FCO vous permet de valider et d’actualiser vos connaissances et vos pratiques. Que vous apporte-t-elle plus précisément ? Un perfectionnement et des conseils sur votre façon de conduire, des informations sur l’évolution de la réglementation et du code de la route, des astuces pour mieux remplir les documents de transport… Au total, une vingtaine de points sont au programme. A l’issu de la formation, les participants reçoivent une attestation et une carte de qualification.

FCO marchandises : durée et thématiques

  • Perfectionnement à la conduite et règles de sécurité
  • Règlementation
  • Santé du conducteur, sécurité routière et environnementale
  • Qualité de service et logistique

La FCO dure 35 heures. Il est possible de la suivre sur :

> 5 jours

OU

> 3 + 2 jours (sous réserve de ne pas dépasser trois mois entre les deux périodes)

 

Les entreprises sont aussi gagnantes

En approfondissant régulièrement leurs connaissances, notamment en termes d’organisation, les conducteurs de poids lourds permettent à leur société de gagner en productivité. La qualité de service et l’aspect commercial sont aussi améliorés, puisque la FCO forme les chauffeurs à la gestion des litiges et aux comportements visant à valoriser l’image de marque. Les entreprises peuvent également réaliser de véritables économies à l’échelle de leur flotte, car les conducteurs sont sensibilisés à l’éco-conduite.

Entreprises, mettez-vous en règle

Les entreprises doivent prendre à leur charge la FCO marchandises de leurs conducteurs salariés. Lors d'éventuels contrôles, les sociétés doivent en effet justifier de la régularité de la situation de chaque chauffeur. Dans le cas contraire, elles risquent une contravention de 4e classe (amende forfaitaire de 135 €), appliquée autant de fois qu’il y a de conducteurs.

Choisir son organisme de formation…

En France, environ 500 établissements dispensent la FCO. Conformément à l’arrêté du 3 janvier 2008, ces auto-écoles et centres de formation spécialisés doivent obéir à un cahier des charges précis pour obtenir un agrément garantissant la qualité des programmes. La FCO marchandises peut être dispensée directement au sein des sociétés de transport par un moniteur d'entreprise placé sous la responsabilité d'un centre agréé.

Pour trouver les listes des centres agréés FCO, adressez-vous à la préfecture de votre région en cliquant ici.


L’écotaxe revient par surprise dans l’actualité

L’écotaxe revient par surprise dans l’actualité

Publié le 09/12/2016

Dans une décision du 5 décembre, le Conseil d’État exhorte le gouvernement à prendre un arrêté permettant la collecte de la taxe poids lourds. La haute instance estime en effet que l’exécutif doit appliquer la loi, en fixant une date de mise en œuvre du dispositif technique nécessaire à la collecte, sous six mois

Des informations contradictoires

Cette demande du Conseil d’État semble surprenante, car elle intervient quelques jours après le vote par l'Assemblée nationale d’un amendement visant justement à abroger la loi instaurant l'écotaxe. À ce jour, le Sénat a refusé l’examen de ce texte. L’avenir de la taxe poids lourds semble donc difficile à déterminer, tant les informations se suivent et ne se ressemblent pas.


Écotaxe : vers la suppression définitive…

Écotaxe : vers la suppression définitive…

Publié le 01/12/2016

Elle était jusqu’ici suspendue, mais elle sera finalement supprimée : l’écotaxe ne devrait pas voir le jour au niveau national. « Un amendement au projet de loi de finances 2017, soutenu par le gouvernement, fera purement et simplement disparaître l'existence législative de l'écotaxe », a confirmé Alain Vidalies, secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

Une écotaxe à l’échelle régionale ?

L’écotaxe revient malgré tout régulièrement sur la table, puisque certains élus réfléchissent à la création de taxes poids lourds régionales. C’est le cas du Grand Est, qui constate une recrudescence du trafic de poids lourds en transit, en provenance d’Allemagne. De leur côté, les fédérations patronales de transporteurs (FNTR, union TLF et Unostra) sont vent debout contre ces projets d’écotaxes locales.


e-CMR : gagner en efficacité

Comment la e-CMR va vous faire gagner en efficacité…

Publié le 21/11/2016

La version électronique de la lettre de voiture arrive. A la clef : gain de temps, fluidité des échanges et sécurité.

Des avantages concrets

La France a récemment ratifié le protocole e-CMR, autorisant la gestion des lettres CMR par voie électronique. Cette version digitale de la « lettre de voiture », déjà en vigueur dans neuf pays européens, présente plusieurs avantages : gain de temps et d’argent dans le traitement des données, informations numériques facilement partageables entre le transporteur et ses partenaires commerciaux, déclarations douanières facilitées… Les logiciels de gestion de flotte peuvent eux aussi intégrer le contenu de la e-CMR.

Un autre bon point : la sécurité

La lettre de voiture dématérialisée peut être connectée à l’eCall, le système paneuropéen d'appels d'urgence automatique. En cas d’accident, les autorités peuvent, par exemple, connaître immédiatement la nature de la cargaison et prendre les décisions adaptées pour prévenir tout problème.


Total Truck : Votre nouvelle référence

TOTAL TRUCK : votre nouvelle référence

Publié le 07/11/2016

Vous êtes un chef d'entreprise, un gestionnaire de flotte pilotant un parc de camions ou un chauffeur routier ? Alors venez découvrir le nouveau portail internet qui accompagnera désormais votre vie professionnelle : TOTAL TRUCK ! Il s'agit de la nouvelle marque de TOTAL destinée au métier du Transport.

Ce portail est votre partenaire privilégié pour vous tenir au courant de l'actualité qui vous concerne. Régulièrement mis à jour, il vous donne accès à de nombreuses informations sur votre secteur, mais aussi à des fiches pratiques et articles de fond qui vous aideront dans votre quotidien.

Dès novembre, vous trouverez la signalétique TOTAL TRUCK en station. Elle vous orientera vers les stations-services du réseau adaptées à vos besoins. Avec TOTAL TRUCK, vous bénéficierez à coup sûr de pistes assez larges pour accueillir vos camions et de tous les services dont vous aurez besoin pour faire des pauses agréables et efficaces : restauration, douches, Wifi, pistolets haut débit, AdBlue®...

Mais ce n'est pas tout ! TOTAL vous propose également l’offre GR TOTAL TRUCK, une solution conçue spécifiquement pour les pros. La combinaison gagnante de la Carte TOTAL GR et d’un badge télépéage pour faciliter les déplacements (péages, parkings, services en stations…)

N'hésitez pas à contacter nos équipes pour en savoir plus. Nous sommes à votre disposition pour vous accompagner.

Bienvenue et excellente lecture !

X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.